VIERGE ET POURTANT COMBLÉE

histoire Amateur posté le mardi 9 avril 2013 par Matresse Loubert

La queue s’enfonce jusqu’aux couilles. Je sens les poils du sexe qui me chatouillent le nez et le menton un court instant à chaque coup de piston. Je savoure cette première pipe sans pour autant en tirer tout le plaisir que je souhaiterais. J’oscille entre la joie de cette expérience et l’humiliation du traitement qui m’est infligé. Au bout de quelques minutes, les mouvements s’accélèrent encore, deviennent convulsifs, la queue se tend plus encore. Je ressens les soubresauts de jouissance de l’homme, tandis que les jets de sperme giclent au fond de ma gorge. Je ne peux faire autrement que d’avaler le liquide chaud et douceâtre. La queue quitte ma bouche, J’avale une grande goulée d’air, mais déjà un autre sexe, plus petit celui là, vient violer mes lèvres. Cette fois-ci, l’homme ne bouge pas et ce sont les doigts qui me tiennent qui donnent à ma tête les impulsions propices à branler la bite. Je ne sais combien de temps dure le supplice, mais ce sont plus de cinq bites qui vont ainsi se déverser dans ma gorge avec des flots de sperme qui débordent et coulent sur mon cou, ma poitrine ou mes joues. J’entends les chuchotements qui reprennent. Je suis incapable d’identifier les voix nombreuses qui s’entremêlent. - Elle est vierge, d’accord, mais son cul est libre, non ? Je n’ai pas le temps de réagir ni d’avoir peur que déjà, je sens deux mains écarter mes fesses sans complaisance. Une langue agile se glisse au plus secret et vient lécher mon sexe et mon cul. Je suis en fait déjà trempée de mouille, et bien vite, mon oeillet s’écarte doucement. Un doigt s’insinue dans mes entrailles, puis un autre, et encore un autre. La douceur des caresses m’indique qu’il s’agit sans doute d’une fille qui me prépare ainsi. Impuissante, je me laisse faire. Je sens que quelqu’un monte sur le lit et vient s’asseoir sur ma main droite. J’identifie une paire de couilles. Devinant ce que l’on attend de moi, je joue mon rôle docile et les caresse aussitôt. Bien vite, un autre homme se présente de même sur ma main gauche. Je le caresse à son tour. La fille à présent a…