ALICE… S’ABANDONNE

histoire Amateur posté le vendredi 31 janvier 2014 par Jean-Michel

Jusqu’à présent ce n’était que soupirs, ronronnements, mais là, elle me gratifie d’un son rauque et sourd, elle se relâche et m’attire vers elle, me prenant dans ses bras et me disant à l’oreille de rester. Ma bite est terriblement raide car je n’ai pas éjaculé. Je me retourne, toujours fiché en elle. Elle se retrouve sur moi, toujours plantée. Assise sur ma queue, elle me fait un sourire et passe une main entre ses fesses pour palper mes couilles. Elle commence à m’embrasser puis descend sur ma poitrine me mordiller les tétons. Elle garde ma queue, pressant les couilles et continuant à embrasser mon torse. Puis, elle dégage la bite, la saisit d’une main et ses lèvres commencent une descente vers mon ventre. Elle tient ma verge dressée et m’embrasse autour, sur les cuisses, le ventre, sous les couilles parfois et je me demande quand elle va la prendre dans sa bouche. Elle fait durer l’attente. Puis elle commence à donner des baisers tout le long de la queue tendue, passant sa langue sur toute la tige, la faisant bouger par petits coups sur le gland. Je sens sa chatte trempée sur ma jambe, elle s’y frotte tout au long de ses embrassades. Elle dépose un baiser sur le gland, me regardant droit dans les yeux. Ses lèvres sont posées en c ur sur mon gland et elle englouti ma pine dans sa bouche. Ses yeux ne me quittent pas. Je vois ma pine enfoncée à moitié dans sa bouche, elle respire fort par le nez. De temps à autre elle essaie de tout prendre et descend ma queue dans sa gorge, presque jusqu’aux couilles. Elle est douce, délicieuse, vicieuse, une belle pipeuse, me dis-je en lui souriant. Elle ne cesse de me regarder. Mon sexe se gonfle un peu plus, elle le sent et me presse les bourses. Mon sperme arrive à grands flots et elle pompe plus frénétiquement, plus vite, astiquant avec sa main ma bite. Elle met sa bouche ouverte à peine au-dessus de mon gland et branle plus vite, soupesant mes couilles. Elle me dit en allemand, puis en français : - Vas-y, vide toi… J’avale ! Mon sperme jaillit, une première giclée qui vient s’écraser au fond de sa gorge, puis elle engloutit la queue et la pompe pour la vider…