Histoire x

Histoire x

AMANTS SECRETS

Étiquettes : Uncategorized No comments

Quand je suis entré pour la première fois chez Julien, mon amant actuel, j’étais déjà marié. Ma femme. Cynthia, avait une aventure et elle ne s’en cachait même plus. Satisfait pour l’instant de cet accord inconscient entre moi et la femme ayant partagé l’époque de ma vingtaine, j’étais maintenant prêt à vivre d’autres types d’expériences. J’avais pensé sérieusement à demander le divorce mais j’avais finalement vu dans cette situation l’occasion de vivre pleinement mes désirs tout en ayant une vie « normale ». Je n’avais jamais pu m’imaginer tenant la main d’un mec dans la rue et encore moins d’avoir un homme comme époux. C’est bien la raison pour laquelle Julien, marié et père, était le partenaire parfait. J’avais un bon travail, dans un milieu assez conservateur cependant, et je n’avais pas du tout envie de mettre mon poste en péril pour une histoire de cul. J’avais plutôt envie de me fourrer la tête dans un troufion poilu, je brûlais littéralement d’envie de sucer un sexe d’homme jusqu’à satiété. J’étais aussi tenté par une belle paire de couilles bien fournies en pilosité, que je pourrais stimuler de mille façons. J’ai eu mes premières pensées homosexuelles lors d’une journée à la plage en Allemagne, il y a une dizaine d’années. Je devais avoir 20 ans, maximum. Je me souviens avoir fixé mon regard sur tous ces corps masculins bronzés, huilés, crémés, musclés Un superbe surfeur m’avait remarqué et était venu m’aborder alors que je n’avais fait que me prélasser sur ma serviette toute la journée. Je peux encore voir et m’émerveiller de ce physique vallonné par une fine musculature. J’avais lentement levé les yeux en m’attardant à ses cuisses encore mouillées et très légèrement recouvertes de poils très pâles, à la bosse assez imposante que son maillot de bain moulait sans en aplatir le relief pour autant, à ce torse imberbe, à ces abdominaux saillants, à ces mamelons rosés, minuscules, mais bien érigés Je me souviens comme si c’était hier des détails qui m’avaient frappé et qui avaient éveillé ce désir primordial. Il s’appelait Mark, il était américain de naissance et il semblait vouloir flirter tout autant que moi. Dans mon souvenir, j’avais tout tenté pour ne pas lui démontrer d’intérêt et je m’étais fait violence pour ne pas le suivre chez lui.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens