ANNIE, LES SAMARITAINS ET LE VOYEUR

histoire Amateur posté le mardi 13 janvier 2015 par Lana

Vous souvenez-vous de ma petite histoire avec le chef de train ? Moi, je m’en souviens très bien, même qu’elle m’obsédait tellement dans les jours qui lui succédèrent que je me suis finalement trahie devant mon chéri. Même si je le veux, je ne peux rien lui cacher. J’ai craqué et je lui ai tout dit. Je ne pleurais pas, je ne cherchai même pas à défendre mes actes, j’attendais seulement mon juste châtiment, repentante et impuissante. J’attendais, le regard rivé au sol, qu’il me foute à la porte car c’était bien ce que j’avais mérité après tout. Finalement, il ne me fit pas de scène, il se contenta de me regarder avec un regard empreint de reproches refoulées mais quand même empreint d’un amour sans borne. Il se contenta simplement de me demander pourquoi j’avais ainsi trahi sa confiance. Je ne savais que dire, ce chef de train m’avait fait un effet monstre sans que je comprenne les tenants et les aboutissants de cette réaction. Pour ne pas perdre sa confiance à tout jamais, je lui promis à l’avenir de ne plus prendre le train et je contractai un prêt pour m’acheter une petite voiture. Le chef de train disparut progressivement de mes pensées et je ne le revis plus jamais. C’était bien dans ma petite voiture, j’arrivais plus tôt au boulot et j’étais chez moi très tôt le soir, désireuse et heureuse de passer du temps en famille. Je souhaitais plus que tout prouver à mon homme toute ma bonne foi. J’étais sincère, je voulais lui prouver mon amour afin de mettre un baume sur la plaie que lui avait causé mon idiotie. Au contraire de certaines copines et collègues qui, à cette époque, me parlaient ouvertement de leur vie sexuelle et entretenaient des relations charnelles multiples malgré leur engagement amoureux, j’avais toujours été une monogame dans l’âme. Je me souviens même d’une époque où je crevais de jalousie rien qu’à imaginer mon homme bandant entre les cuisses d’une autre femme. Et moi, je m’étais allègrement et concrètement permis de coucher avec un autre. Je trouvais cela désolant, voire dégoûtant, et je vous jure que j’avais et que j’ai encore honte de moi. Suite à mes frasques sexuelles, notre couple s’est lentement relevé. La réalité me rattrapa rapidement, toutefois…