Histoire x

Histoire x

Les aventures de spartanus i

Uncategorized No comments

Spartanus était né en Thrace, une région pauvre située au nord de la Grèce. Très jeune, il était devenu un baiseur de première. Il était bâti comme un taureau et portait continuellement une petite tunique moulante pour mettre un valeur ses parties génitales avantageuses. Toutes les femmes désiraient fortement partager sa couche. Il aimait tant la sodomie qu’on l’avait appelé ainsi. Spartanus. Un jour, alors que notre héros était en train d’enculer une bergère, deux soldats romains passèrent dans le coin. En effet, les légions romaines s’étaient emparées de la région quelques années auparavant. Néanmoins. Spartanus ne s’intéressait pas à la politique. Tant qu’il trouvait des gens à sodomiser, il était heureux. Et il faisait tant d’efforts pour élargir l’orifice anal de sa petite bergère que cela donna une idée à l’un des deux soldats. Il murmura à son camarade : – Dis voir, tu penses comme moi ? On pourrait se faire un joli paquet de pognon. – On profite qu’ils sont occupés pour voler les moutons de la bergère ? – Mais non, qu’elle les gardes ses moutons. Allons, réfléchis donc ! – On attend que le mec soit parti et on saute la bergère à notre tour ? – Non ! Enfin, oui aussi si tu veux. Mais tu ne vois pas comment on pourrait se faire du blé ? Regarde comme ce type est robuste. Capturons-le et vendons-le comme esclave. Je suis sûr qu’on pourra en tirer un bon prix. Spartanus était plus doué pour les acrobaties que pour le combat. Aussi fut-il rapidement neutralisé, tandis que sa conquête s’enfuyait à travers les champs. Quelques semaines plus tard, le pauvre homme était exposé dans un marché d’esclaves en Sicile. Il n’y resta pas longtemps car dès le premier jour, un homme important le remarqua. C’était le propriétaire d’une école de gladiateurs. – Cet homme est bien constitué. Il fera un excellent combattant. Combien en veux-tu, marchand ? Au risque d’être châtié, le fier étalon adressa la parole à son futur maître. – Seigneur, tu te trompes sur mon compte. Je ne sais pas me battre. Ma spécialité, c’est de m’occuper des jeunes femmes. Je n’ai pas mon égal pour leur faire leur affaire. Nullement agacé par l’intervention du Thrace, l’acheteur répondit sèchement : – Allons, tu ne sais pas te battre ? Ne t’en fais pas, tu apprendras ! La prophétie de l’homme influent ne se réalisa pas.

plan cul

Add your comment