BAISÉE PAR UN ROUTIER

histoire Amateur posté le vendredi 15 mai 2015 par Mlanie XXX

Le petit vice de mon mari. Jean-Yves, c’est de me voir en train de me faire baiser par des inconnus. Il est très voyeur et, d’ailleurs, il lui arrive de me prendre en photos alors que je me fais prendre comme une vraie chienne par des types vicieux et sans retenue. Il aime me voir dans les bras d’hommes très virils, grossiers, crus et, si possible, fortement membrés. De mon côté, je suis une femme soumise, exhibitionniste, et je dois vous avouer que je retire toujours un immense plaisir dans ce type de relations obscènes et perverses. Moi qui suis très bon chic, bon genre, je jouis sans commune mesure avec des brutes épaisses qui ne voient en moi que ma bouche pour les sucer, mes mains pour les branler, mes seins pour les pétrir durement ainsi que ma chatte et mon petit trou pour les limer sans ménagement. Je jouis comme une folle dans ces rapports dénudés de toute tendresse et de tous sentiments. J’ai eu des aventures avec des hommes de couleur, des maçons, un bûcheron croisé dans une forêt des Vosges et qui m’a pris bestialement contre un arbre. Chaque fois, c’est une jouissance trouble et violente d’être offerte devant mon mari. Dans ce jeu de voyeurisme et d’exhibition, nous sommes très complices. Ces hommes qui me baisent ne comptent pas pour moi. Ou si peu. Ce ne sont que des objets, des jouets pour notre jouissance commune. C’est uniquement la relation qui me lie à Jean-Yves qui a de l’importance. Je suis à lui, toute à lui et en même temps, très amoureuse même s’il y a une grande différence d’âge entre nous et que mon mari est beaucoup plus âgé que moi. Mais c’est lui qui m’a fait découvrir le plaisir et qui m’a totalement libérée sur le plan du sexe. Pour trouver des partenaires qui correspondent à ce que nous recherchons, mon mari et moi, nous avons plusieurs solutions. Il y a le Minitel. Internet depuis peu, les revues d’annonces, les messageries téléphoniques et la C. B. de notre voiture. C’est de cette dernière manière que nous avons contacté Titus, alors que nous roulions sur une petite route de campagne. Titus était chauffeur de camion. Il y a d’abord eu une discussion très chaude entre nous par l’intermédiaire d’un des canaux de la C…