BEAU MÄLE DU SUD

histoire Gay posté le lundi 24 mars 2014 par Le Duanier

Côté baise, je kiffe un max les blacks, les beurs et surtout les latinos. Ces mecs m’excitent comme un dingue à cause de leur virilité, de leur peau noire ou bronzée qui fait contraste avec la mienne. J’ai vécu pendant près d’un an avec un italien originaire de Toscane. Sergio. Il était venu suivre une formation dans l’hôtellerie. Au pieu, il me rendait fou. On avait équipé notre chambre de plusieurs miroirs. Il y en avait sur tous les murs et même au plafond. Sergio était hyper baraqué. À la fois macho, câlin et très vicieux. Quel pied de me voir à quatre pattes et lui, en train de limer mon petit cul en me tenant par les hanches ! On s’envoyait en l’air des journées, des nuits entières. Il n’y avait aucun tabou entre nous. Sergio me baisait si bien que je suis resté fidèle pendant un an. Je n’avais pas besoin d’aller chercher ailleurs, j’étais totalement satisfait. J’aime les latins parce qu’ils ont deux facettes. Ils sont virils mais peuvent être très «féminins» aussi dans leurs manières. C’est à dire chauds, caressants et sensuels. Aujourd’hui, je ne suis plus avec Sergio mais je recherche en priorité le même type de partenaires. Bien sûr, faute de grive… Je me console avec ce que je trouve. Quoiqu’il en soit, j’adore les gens du Sud et les beaux latinos. Mignon, joli cul, très salope au pieu… C’est ainsi que j’aime me décrire chaque fois que je passe une annonce sur Minitel ou sur un site Internet. Pour le reste, je suis châtain, je fais 1 mètre 76 pour 65 kilos et je bosse comme vendeur dans un magasin de matériel informatique de la région niçoise. J’ai besoin de baiser au moins une fois par jour. J’ai horreur de devoir me consoler avec un gode aussi je pars draguer tous les soirs, mon boulot terminé. Le mont Boron, l’avenue Emilia, la plage du monument aux morts ou le jardin du cap de Nice sont d’excellents endroits pour faire des rencontres. Je mets mon petit cul bien en valeur dans un froc serré, sous lequel je suis souvent à poil ou en string, et j’allume un max. C’est ainsi que j’ai ramené chez moi un super étalon, la semaine dernière…