BELLE-MAMAN : LA CONCLUSION

histoire Amateur posté le vendredi 4 avril 2014 par Nico

La journée suivante se passe comme la précédente : travail dans le jardin, repas, travail encore. Vers 17h00, exténué, je monte prendre un bain. Pendant que je suis dans l’eau, belle-maman entre dans la salle de bain. Elle se déshabille et je la vois de dos entrer dans la douche. Je reste dans mon bain, médusé. Elle sort de la douche et j’aperçois enfin ses seins. Elle se sèche et entoure son corps de sa serviette de bain. Elle est très jolie avec ses cheveux mouillés et cette serviette qui serre son magnifique corps. Je sors du bain à cet instant. Je me sèche et je ne cache pas une forte érection. Je mets ma serviette autour de ma taille. Pendant qu’elle se maquille, je me mets à côté d’elle pour me peigner. Comme le miroir est trop petit, nous nous bousculons en rigolant, nous nous poussons de la taille, nous avons des sourires. Soudain ma serviette tombe et laisse voir ma bite en érection. Il n’y a plus de jeu de gamins, juste des regards intenses qui disent tout. Nicole me prend en main et l’aventure commence. Je suis paralysé mais l’envie de la toucher devient si forte que je pose mes mains sur ses épaules. Et je descends vers ses seins qui me tentaient tant. Mais soudain elle stoppe en me disant : «Arrêtons avant de faire une bêtise !» Et elle quitte la pièce avant que je ne puisse réagir ou dire quelque chose. Je retourne dans ma chambre pour lire, tout penaud. Elle m’appelle pour le repas du soir. Nous mangeons en échangeant quelques banalités car nous sommes tous les deux très gênés. Nous regagnons nos chambres sans échanger plus de trois mots. Je fais ma toilette dans la salle de bain lorsqu’elle apparaît pour s’excuser. Pris d’audace, je lui réponds que je ne regrette pas et que je souhaite même continuer. Et sans trop savoir ce je fais, je l’embrasse. Mes lèvres sont sur ses lèvres, ma langue cherche à s’enfoncer dans sa bouche ; elle résiste, garde les lèvres fermées. J’insiste, puis soudain sa bouche s’ouvre, nous échangeons un fougueux baiser, je sens tout son corps qui se détend. Nous recommençons plusieurs fois. Je l’embrasse dans le cou, j’enlève lentement les bretelles qui retiennent sa robe, qui tombe…