CHEZ CARMEN

histoire Amateur posté le lundi 3 février 2014 par Coconut

C’était après un dîner sympa et arrosé chez des amis que je me retrouvai dans ce bar près des boulevards où vont ceux qui vivent la nuit. Ceux qui, comme moi, ont plus envie d’un dernier verre que d’aller dormir, ceux que l’on regardait bizarrement, bref un bar à l’entrée duquel on laisse ses préjugés. Je discutais avec un nouvel ami (la nuit on est tout de suite amis !) lorsque je la vis ! Une véritable créature de rêve ! Plutôt grande, une poitrine arrogante, pulpeuse, un regard coquin ne fuyant pas, vêtue d’une robe courte et décolletée laissant deviner que pour seul dessous elle n’avait qu’un string. Elle venait vers le bar commander une consommation. Nos regards se croisèrent et elle y lut l’effet qu’elle me faisait. Elle me frôla de près pour commander un demi tout en me regardant droit dans les yeux. Je lui adressai un bonsoir d’une bêtise affligeante. J’avais remarqué qu’elle n’était pas seule ! J’ai l’esprit large mais des principes. Ne jamais chercher à doubler un homme qui accompagne une femme !! Déjà parce que je n’apprécie pas du tout quand je suis cet homme et surtout parce que si le mec est un jaloux forcené, la femme peut pâtir de mon attitude. Néanmoins je ne pus m’empêcher de lui dire : - Un autre soir peut-être ? Car j’avais tout de même remarqué qu’ils ne semblaient pas spécialement très ensemble. - Pourquoi pas, me répondit-elle Et ce fut le détonateur ! Trois jours plus tard, j’étais de nouveau accoudé à ce bar. Et elle était là ! Assise un peu plus loin à une table. Visiblement, elle était fière de sa poitrine généreuse et de ses formes. Et consciente de l’effet produit. Elle portait un pantalon ainsi qu’un corsage filet, laissant deviner un soutien-gorge à balconnets qui faisait jaillir ses seins. J’avais peur pour mes yeux car ils étaient déjà tombé dans son décolleté et je tenais à les récupérer ! Ayant vu qu’elle avait presque terminé son verre, j’en commandai un et le lui apportai. Son sourire me confirma l’impression faite lors de notre première rapide rencontre. Je ne lui déplaisais pas. J’aime ce moment magique où chacun sait que ce qu’il veut et ce que l’autre veut aussi mais où chacun joue de sa séduction…