CLARA ET SA MAMAN

histoire Amateur posté le lundi 5 août 2013 par Jeune loup

Je m’appelle Franck, j’ai vingt deux ans et je tiens à vous raconter une des aventures les plus érotiques que j’ai pu vivre. J’avais dix-huit ans et je fréquentais une jeune fille du même âge prénommée Clara. Nous sortions ensemble depuis quelques mois quand celle-ci se décida à me présenter à sa famille, ou du moins à sa mère, car elles vivaient seules du fait d’un divorce. Clara était une très belle fille au corps idéal mais malheureusement, elle n’était pas très portée sur le sexe. Je me souviens même d’une fois où, pour son anniversaire, je lui avais offert un porte-jarretelles avec des bas ; elle l’avait mal pris, me rétorquant : - Tu me prends vraiment pour une pute ? Enfin au lit, c’était plutôt moche même si, côté caractère, on s’entendait plutôt bien. Arrive donc ce jour où Clara me présente à sa mère. Lise, une femme de trente huit ans, très belle avec l’assurance qu’ont les femmes à cet âge. Grande, blonde rousse avec un corps miroitant au travers d’un ensemble de mousseline noire et qui me rappelait les formes généreuses de sa fille. - Enchantée de faire votre connaissance, jeune homme ! Son regard se posa sur moi et je sentis une bouffée de chaleur, comme une aura magnétique. Elle était divorcée du père de ma copine mais d’après ce qu’elle me dit, elle ne se privait pas de vivre… Cette femme dégageait le sexe et je n’y étais pas insensible, cependant la différence d’âge étant importante, je ne prêtai pas d’importance à quelques signes que ce fut. Nous passâmes à table et fîmes un repas royal et très arrosé. N’ayant pas l’habitude de l’alcool, je fus vite enivré et demandai, à l’heure du dessert, à me reposer. Lise rit de bon c ur et dit à sa fille : - Clara, emmène ce jeune homme se reposer dans ma chambre, il ne tient pas l’alcool. Clara m’emmena dans une grande chambre décorée avec goût, où un lit à deux places m’accueillit. Je m’y laissai tomber, entraînant ma fiancée avec moi, mes mains devinrent baladeuses et j’empoignai la généreuse poitrine de Clara sous son soutien-gorge. - Tu ne penses donc qu’à cela et puis tu es saoul ! Encore une frustration ! L’alcool aidant, je m’imaginai en train de culbuter Clara, les deux jambes sur mes épaules, elle, cette beauté en dessous noirs… Humm ! Mais Clara referma la porte et me laissa à mes fantasmes, je m’endormis…