COCU ET VOYEUR

histoire Amateur posté le dimanche 5 mai 2013 par Specmateur

Ce n’est qu’en fin de matinée que je m’aperçus que j’avais oublié le dossier «Mallard» à la maison. Je l’avais emporté la veille au soir pour finir de l’étudier en vue de la réunion du lendemain. Ce matin, pressé par le temps, je décidai de profiter de l’heure du déjeuner pour passer le prendre à la maison. Cela ne m’arrivait quasiment jamais et j’étais à mille lieues de me douter de ce qui m’attendait ! Mon déjeuner expédié «sur le pouce», je pris le chemin de la banlieue résidentielle où nous habitions. Il y avait peu de circulation à cette heure là et j’arrivai rapidement dans notre rue très calme. C’était l’été, il faisait chaud et personne ne flânait à cette heure où le soleil est si violent. Peu de voitures le long des trottoirs, c’est pourquoi j’aperçus facilement la 205 rouge qui était garée devant chez nous ; pas de doute, c’était celle de mon ami Paul ! Cela m’étonna bien un peu car je me demandais ce qu’il pouvait faire chez nous à cette heure mais très vite je me dis que, sans doute, sa femme Brigitte, devait avoir emprunté sa voiture, comme cela arrivait parfois lorsque la sienne était en réparation. Brigitte était assez amie avec Evelyne et il leur arrivait souvent de se rendre visite ou de faire du shopping ensemble. C’est donc sans me douter de quoi que ce soit que j’entrai dans la maison directement par la porte du salon où je m’attendais à les trouver. Mais le salon était vide. J’allais appeler pour prévenir Evelyne de ma présence lorsqu’il me sembla entendre des rires du côté de la cuisine puis, tout de suite après, une voix qui n’était certainement pas celle de Brigitte ! Le rire était celui d’Evelyne, je l’avais reconnu, mais la voix ? Intrigué et curieux, je me dirigeai vers la cuisine. Pour cela il me fallait emprunter le couloir et celui-ci était un peu sombre alors que la cuisine, placée à l’autre extrémité, était très claire au contraire. C’est ce qui me permit de les apercevoir sans qu’ils ne me voient…