CORINNE ET LES INCONNUS

histoire Amateur posté le dimanche 23 mars 2014 par Francis B.

J’étais un homme marié et totalement insatisfait par ma vie conjugale. Alors, comme beaucoup d’hommes dans mon cas, il m’arrivait d’avoir des maîtresses ou de faire appel aux services de ces belles créatures qui, parfois, s’affichent impudiquement sur le bord des routes et dans les rues de certains quartiers chauds. Avec mon ex épouse, ça ne collait pas du tout sur le plan du sexe. C’était une «migraineuse» et moi, j’avais tout le temps envie. Elle n’était non plus pas très ouverte sur certaines choses et je n’ai jamais pu lui confier quels étaient tous mes fantasmes. Malgré cela, nous sommes restés une quinzaine d’années ensemble. Je pouvais tenir parce que je la trompais régulièrement. Mon métier, m’obligeant à me déplacer dans toute la France, me permettait de vivre mes infidélités sans le moindre problème. Les choses sont très mal faites car la plupart du temps, mes partenaires, elles, étaient des femmes mariées qui se plaignaient d’être mal ou pas assez baisées par leur mari. Il s’agissait d’aventures sans lendemain, de contacts que je nouais parfois par Minitel ou réseaux téléphoniques en fonction de mes futurs déplacements en province. J’ai connu des femmes sacrement salope. Je pense notamment à l’épouse d’un pharmacien de Nancy qui m’avait convié à un petit gang-bang dans un sauna. Nous étions plus de dix à nous occuper d’elle Pour moi, il ne s’agissait que d’assouvir des désirs physiques avec toutes ces partenaires et de calmer mes frustrations. Avec Corinne, ce fut différent, dès la première fois. Il y a eu quelque chose en plus et qui a dépassé le stade purement sexuel. Pour moi, elle était la femme dont j’avais toujours rêvé : coquine, sensuelle, assez perverse, délicieusement friponne. Et très jolie ! Lorsque nous avons fait l’amour pour la première fois ensemble, j’ai ressenti un sentiment très fort en plus de l’excitation que me procurait son corps. Nous nous complétions à merveille, à tel point que nous avons passé une nuit blanche et nous avons fini sur un lit trempé de sueur, de sperme et de cyprine, dans une chambre dont l’odeur d’étreintes aurait pu laisser croire que des dizaines de couples y avaient fait l’amour. Corinne était la secrétaire de l’un de mes nouveaux clients…