Histoire x

Histoire x

CORINNE AU PARKING 1

Étiquettes : Uncategorized No comments

Depuis cette rencontre inopinée dans le parking de l’immeuble avec cet inconnu qui l’a baisé bien à fond. Corinne revoyait ces moments de passion torride, presque animale, à tout moment de la journée. Avec une puissante acuité, son esprit se remémorait tous les détails de l’acte. Et, chaque fois que ces souvenirs lui revenaient à la mémoire, ça la mettait dans tous ses états. Elle ressentait encore l’effet saisissant du sexe dur de cet inconnu qui la prenait par derrière, et qui lui labourait la vulve, plaquée sur le capot de sa voiture. Ses mains solidement agrippées à ses hanches pour rythmer le mouvement de va-et-vient dans sa chair brûlante. Elle avait éprouvé un plaisir si intense, jusqu’alors inconnu, que dans son for intérieur, elle mourait d’envie de recommencer. Même si elle se rappelait du numéro de son appartement (le 325), elle ne connaissait rien de lui, pas même son nom. Bien que l’idée lui soit venue à plusieurs reprises, jamais elle n’aurait osé aller cogner à sa porte. Ç’aurait été bien trop humiliant… Aussi, peut-être ne le reverrait-elle jamais. Au fur et à mesure que les jours passaient, un profond désespoir s’emparait d’elle. Comment allait-elle pouvoir continuer à vivre sa petite vie tranquille avec toutes ces images de sexe interdit qui se bousculaient continuellement, sans arrêt, dans sa tête ? Désemparée, déchirée entre un terrible sentiment de culpabilité face à son mari et une envie folle et obsédante de recommencer. Corinne ne savait plus comment réagir face à sa nouvelle situation d’adultère. Elle ne se reconnaissait plus. Elle devenait plus nerveuse, presque irascible, négligeait les tâches ménagères qu’elle avait pourtant l’habitude d’accomplir sans rechigner, et ne sortait pratiquement plus pour son shopping, elle qui pourtant aimait par-dessus tout s’adonner à ce loisir bourgeois. Jadis, c’était même son passe-temps favori. Par chance, sa fille Martine lui demandait encore assez régulièrement son aide pour garder sa petite-fille. Elle accourait alors sans poser de conditions, trop contente de s’éloigner de cet environnement dans lequel elle commençait à étouffer. Chaque fois qu’elle reprenait l’ascenseur pour se rendre au stationnement, elle espérait néanmoins secrètement y faire à nouveau la rencontre de son amant de passage.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens