Histoire x

Histoire x

CORINNE AU PARKING 3

Étiquettes : Uncategorized No comments

En arrivant finalement à son appartement. Corinne fut soulagée de constater que son mari dormait déjà à poings fermés. Elle ne songeait plus qu’à se défaire de ses vêtements souillés et à plonger sous la douche pour se laver et faire disparaître le parfum de l’inconnu qui, forcément, s’imprégnait à sa peau. Elle gardait encore le goût âcre de l’homme dans le fond de sa gorge et la sensation, encore presque palpable, du liquide chaud et visqueux qui dégoulinait sur son visage et dans son cou. Cet homme qu’elle avait laissé abuser d’elle dans le parking avait voulu laisser sa marque, à la fois sur son corps comme dans son esprit. À coup sûr, il y était parvenu. Pendant que l’eau tiède ruisselait sur son corps nue, elle ne parvenait pas à chasser les images troublantes de leur copulation presque animale. Elle ressentait encore entre ses reins la puissante décharge électrique qui lui fit plier les genoux quelques minutes plus tôt ; elle avait presque faillit s’évanouir. Ce soir-là, elle venait d’expérimenter un niveau d’extase sexuel jusqu’alors insoupçonné d’elle. Tandis qu’elle se savonnait le ventre, ses mains remontèrent à ses seins dont les mamelons pointaient sous l’excitation qui ne la quittait plus et qui grandissait à nouveau en elle. Chaque image qui lui revenait à l’esprit lui ramenait de vives sensations qui ranimaient sa tension sexuelle. Pressant chaque globe dans la paume de ses mains nerveuses, elle ferma les yeux et revoyait l’inconnu du stationnement qui, la plaquant contre le mur, la prenait sans ménagement par derrière. Elle glissa une main enduite de mousse savonneuse entre ses cuisses et, soulevant une jambe sur le rebord de la baignoire, entreprit de caresser son clitoris. D’abord doucement, pour le sentir gonfler sous ses doigts, puis plus rapidement, au fur et à mesure que l’excitation montait en elle. Sous le jet, les yeux mi-clos, elle gémissait, s’enhardissant jusqu’à glisser deux doigts dans sa chatte qui s’ouvrait. Elle approchait d’un nouvel orgasme… – Chérie, tu es rentrée bien tard, entendit-elle son mari qui venait d’entrer dans la salle de bains. Surprise, elle poussa un cri et s’empressa de rincer la mousse qui recouvrait toujours ses seins et le bas de son ventre.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens