CORPS ET ÂME POUR LA VIE 1

histoire Amateur posté le dimanche 23 decembre 2012 par Johny B. Good

Sophie et Marc partageaient leur vie depuis déjà sept ans. Ensemble, ils vivaient une belle histoire d’amour, un amour qui ne cessait de grandir au fil des années. Ils s’étaient mariés à l’automne et leur voyage de noces aux Iles Turquoises lui avait confirmé qu’elle désirait terminer ses jours avec cet homme qu’elle chérissait et qui le lui rendait bien. Le grand respect qu’il lui témoignait continuellement l’avait mise en confiance dès les premiers jours. Or, depuis quelques temps, cette fantaisie lui revenait souvent à l’esprit. Pour lui démontrer son amour et sa reconnaissance, elle voulait lui appartenir pleinement ; être sienne totalement, corps et âme. Lorsqu’elle lui révéla son fantasme, il en fut touché, ému par tant d’abandon de sa part. Bien que leur vie sexuelle, durant toutes ces années de vie commune, les comblait mutuellement, ils ne détestaient pas tenter de nouvelles expériences. Il leur arrivait souvent de faire l’amour plusieurs fois par jour, et souvent de six à dix fois par semaine. L’attention particulière qu’il lui portait durant ces moments d’extases faisait fondre toute pudeur. Toujours empreintes de tendres caresses amoureuses, leurs étreintes se terminaient régulièrement par une jouissance pleinement partagée, sinon l’autre redoublait d’ardeur. Entre eux, la routine n’existait pas. Elle avait expérimenté avec lui des positions et des caresses si intimes qu’elle n’aurait jamais cru possibles, et même découvert les joies du sexe anal. Quelques fois, il leur arrivait même d’inviter des amis, hommes et femmes, à se joindre à leurs ébats et ma foi, elle en avait retiré beaucoup de plaisirs. Sa confiance inébranlable en lui faisait qu’elle n’éprouvait aucun malaise à savoir que d’autres femmes puissent le faire jouir, et qu’elle puisse être partagée avec d’autres hommes. L’amour profond et véritable qui les unissait transcendait le sentiment d’exclusivité. Elle y voyait plutôt un accomplissement, une symbiose des sens qui les amenait tous les deux à d’autres niveaux de complicité. Mais, cette fois, elle voulait se dépasser, pousser les limites de leur communion sexuelle encore plus loin. Elle désirait s’abandonner à lui corps et âme. Ils en avaient discuté sérieusement, pour finalement convenir qu’il lui banderait les yeux et qu’elle accepterait de se soumettre en toute confiance à ses moindres fantasmes…