Ma cousine anne

histoire Amateur posté le samedi 25 mars 2006 par Julien

C’était un beau matin d’été, pendant les vacances. Ma cousine et moi habitions dans le même village à 500 mètres environ. Nos parents respectifs travaillaient la journée, donc nous nous retrouvions quelquefois pour parler un peu. Un matin, alors que toute la famille de chaque côté était absente. Anne sonna à la porte et je lui ouvris alors que j’étais en slip et en tee-shirt. À chaque fois que je la voyais, même si c’était ma cousine une érection montait immmédiatement, peut-être parce que j’avais toujours rêvé d’elle ou plutôt de faire l’amour avec elle. Elle arriva et elle entra dans le salon encore sombre, à cause des volets encore fermés. Nous regardions la télé, elle dans un fauteuil et moi dans l’autre. Nous ne discutions pas beaucoup à ce moment car la télé nous absorbait. Malgré cela, je la regardais de temps en temps. Je l’imaginais nue devant moi, dans mon lit, ce qui fit immédiatement monter une érection. Au bout d’un moment, alors que mon attention revint sur la télé, je remarquai qu’elle fixait de plus en plus ma culotte ou plutôt la bosse qui s’y dressait. Un élan de courage me prit et je lui lançai ironiquement : - Qu’est-ce que tu regardes là ? Ça t’intéresse ? Très gênée de voir que je l’avais surprise, elle me lanca un petit : - Je suis désolée ! - C’est pas grave, tu sais je te l’ai jamais dit mais c’est toi qui me fait cet effet là. - Ah beh, tu sais en fait ça m’intéresse mais on est cousins… - Et Alors ? Rien ne nous empêche de nous faire plaisir. Dans un élan, je m’approchai d’elle sur le fauteuil et lui roulai une pelle comme je ne l’avais jamais fait avec une fille, une fille qui me faisait rêver depuis si longtemps, ma cousine. Nous étions à cette époque encore vierges tous les deux mais mon expérience était bien assez évoluée grâce à certains films que j’avais vus. Je commençai à lui enlever son sweet et son tee-shirt, dévoilant ainsi sa poitrine avec ses mamelons pointés. Je ne connaissais pas la taille de son bonnet mais cela devait avoisiner le B. Mon érection monta encore plus et elle se mit à baisser mon slip pendant que j’enlevais son pantalon. Elle s’arrêta une minute pour contempler mon sexe, elle était émerveillée et elle avait un peu peur aussi, c’était pour elle et pour moi la première fois…