LE CUL D’ÉTIENNE

histoire Gay posté le samedi 26 octobre 2013 par Analover

Cela fait une éternité que je le connais. Nous avons fréquenté le même lycée pendant trois ans. Nous avons toujours été de très bon amis. Il s’appelle Étienne et j’en suis amoureux. C’est un grand sportif, son style vestimentaire met très peu en évidence son corps fabuleux. Des pecs hyper musclés qui se bombent fièrement quand il fournit un effort physique. De longues jambes élancées, des fesses fermes et bien dessinées et de longs cheveux qui lui donnent un air à la Brad Pitt dans Légendes d’automnes. J’ai mis un certain temps avant de vraiment remarquer ses qualités physiques. Malgré tout, c’est un très bon ami et nous nous côtoyons souvent amicalement. Un jour je le vois sortir du vestiaire de la piscine, j’ai l’impression qu’il flotte, comme si ses pieds ne touchaient pas à terre. Son maillot de bain, de couleur sombre, est pudique sans pour autant cacher ses formes. Il entre discrètement dans la piscine pour ne pas se faire remarquer. Il faut dire qu’il a un tempérament introverti et n’est pas du genre à se balader en maillot de bain publiquement. Une fois la période de piscine terminée, je retourne au vestiaire des garçons qui ne parlent déjà que d’Étienne. Ils l’ont tous remarqué. Ils se moquent de son ample maillot qu’ils qualifient de parasol à l’envers et je suis choqué. C’est la preuve que je l’aime, me semble-t-il, du moins c’est ce que je crois. J’y ai pensé pendant des jours avant de le lui dire. Puis j’ai opté pour la franchise. Un soir, je l’ai invité chez moi. Ce n’était pas la première fois qu’il venait, donc cela n’avait rien de suspect. Dès son arrivé, je lui avoue mon amour. Je guette sa réaction et elle semble positive. Je prends l’initiative de poser mes mains autour de sa taille. Il ne me repousse pas. J’approche mes lèvres des siennes et nous nous embrassons. Tout d’abord timidement et ensuite plus intensément. Nous nous dirigeons vers le lit pour nous allonger. Après quelques minutes, j’approche lentement ma main de ses fesses. Il ne semble pas s’y objecter donc je prends sa fesse droite dans le creux de ma main. Je crois que je vais jouir instantanément. Son cul est non seulement volumineux, mais d’une musculature impressionnante…