DÉLICES DE L’EXHIB SUR LE NET

histoire Amateur posté le lundi 9 juin 2014 par Nadge

Avant de m’exhiber sur Internet et de créer mon propre site, j’aimais déjà exciter les hommes et me dévoilant sans pudeur devant eux. J’ai commencé devant mon mari. J’avais 26 ans et je ne soupçonnais pas encore le plaisir et toutes les sensations que je pourrais éprouver par le seul fait d’être regardée. Kévin avait eu l’idée de faire quelques petites photos coquines. La première séance a eu lieu dans notre chambre. Il m’avait demandé de passer des dessous très sexy et je me suis laissée guider dans des poses assez osées pendant qu’il me mitraillait avec son appareil. C’était du noir et blanc pour qu’il puisse les développer lui-même. Cela m’a plu et m’a beaucoup excité, lui aussi. Par la suite, nous avons fait d’autres photos : dans la nature, dans d’autres pièces de la maison, dans la voiture et quelques-unes dans une cabine téléphonique, la nuit, alors que j’étais nue sous un manteau. Constatant tout ce que je pouvais ressentir dans ces exhibitions, Kévin m’a poussée à aller encore plus loin et à m’introduire divers objets dans mes deux orifices devant son objectif. Plusieurs fois, il m’a demandé sur le ton de la plaisanterie : - Et devant d’autres hommes ? Tu n’aimerais pas leur montrer ce que tu fais devant moi ? Je répondais toujours non. Et c’était vrai. Je n’avais pas du tout envie de m’exhiber devant d’autres hommes, mis à part Kévin. Son seul regard me suffisait, m’excitait et me donnait ensuite envie de faire l’amour. Mais je sentais que Kévin, même s’il ne me l’avouait pas vraiment, rêvait de me confronter à des voyeurs. Puis, il y a eu ces vacances en Camargue. C’était la première fois que je fréquentais une plage de naturistes. Il y a eu comme un déclic. Sur cette plage, beaucoup d’hommes me regardaient et cela me plaisait et me troublait. Qu’ils soient jeunes, vieux, peu importe. Les sentir détailler mes seins, contempler mes fesses ou lorgner sur ma petite chatte brune, c’était encore plus fort que s’ils me caressaient. Je n’en revenais pas de mouiller autant alors que des types ne faisaient que me mater. Kévin l’a vite senti. Un après-midi, nous nous sommes écartés de la plage pour aller faire l’amour dans les dunes…