NOS DÉSIRS JUSQU’AU BOUT

histoire Voyeur posté le jeudi 5 mars 2015 par Roxy Piche

J’ai épousé un homme voyeur. Très voyeur. Le petit vice de Guillaume, mon mari, ne m’a jamais dérangé dans la mesure où je suis assez exhibitionniste. J’aime plaire et montrer mon corps, j’ai toujours ressenti un trouble étrange en m’affichant sur une plage naturiste. Quand j’ai rencontré Guillaume, il y a cinq ans, son grand plaisir était de me photographier nue ou en tenue très sexy avec des bas, porte-jarretelles, strings ou culottes coquines. Au début, il s’agissait de clichés soft mais j’avoue que les petites séances de pauses que m’imposait mon mari avaient le don de me mettre hors de moi et de me faire terriblement mouiller. Cela se passait chez nous ou dans la nature ( forêt, plage l’été, champ de vignes ). Il fallait ensuite que Guillaume me fasse l’amour plusieurs fois de suite. J’étais déchaînée, en chaleur, j’avais besoin d’être prise violemment et sans retenue. D’être limée à fond et par tous les orifices. En dehors d’être voyeur. Guillaume est un très bon amant, plutôt directif et dominateur. Il sait me faire jouir comme j’aime. Au lit, il se comporte comme un véritable macho et rien ne m’excite autant que d’être sa poupée docile qui ne doit rien lui refuser. C’est assez hard entre nous deux. Je suis folle de sa queue, folle de lui et j’ai tout le temps envie qu’il me baise. Après les séances soft, je suis passée à des exhibitions plus cochonnes devant l’objectif de mon mari. Guillaume me faisait prendre des postures carrément obscènes. Je devais, par exemple, écarteler mes fesses pour lui offrir des gros plans de mon petit trou, me caresser et me pénétrer avec mes doigts. Puis, il y a eu des godes, des boules de geisha, des objets divers que je glissais dans mes orifices. Et moi, dans tout ça, je mouillais comme la dernière des vicieuses, devant comme derrière ou des eux côtés en même temps. Plus c’était cru et osé et plus ma chatte se trempait. J’étais devenue une jeune femme complètement pervertie ! Et attirée par les pratiques sexuelles les plus scandaleuses. Une débauchée ! Mais c’était délicieux pour moi et j’étais prête à suivre Guillaume aussi loin qu’il le désirerait. C’est son côté voyeur qui m’a permis de vivre ma première aventure homosexuelle…