Histoire x

Histoire x

DOMINATION EN UNIFORME

Étiquettes : Uncategorized No comments

Notre brigade de sapeurs-pompiers était constituée en majorité d’hommes approchant de la retraite. En fait, j’étais le seul jeune homme, l’unique relève dont la petite ville de La Roche-en-Ardenne, avec ses quelques trois mille habitants, disposait à cette date. Ce titre me conférait un certain prestige au sein de notre unité et certains ressentaient envers moi plus qu’une simple fraternité professionnel. Nous entretenions plutôt une amitié virile bien spéciale… Cette amitié débuta avec mon arrivée dans l’escouade des sapeurs. J’avais tout juste vingt ans et, au contraire des doyens de la place, ma libido était à son plus fort. C’est pour cette raison que je ne pouvais m’empêcher d’avoir à l’égard de mes compagnons de travail quelques paroles et gestes déplacés. Les plus orgueilleux s’éloignèrent rapidement de moi et de mes admirateurs puisqu’ils croyaient à juste titre que j’étais un pédé… Toutefois, une petite clique d’intéressés se formait déjà autour de moi. Pour moi, le sexe était et sera toujours un jeu. Et cela l’est vite devenu pour certains sapeurs qui, comme moi, trouvaient le temps longs à la caserne. S’il y avait deux feux par semaine dans ce bled perdu, c’était considéré comme une semaine éreintante… C’est aussi la raison pour laquelle l’unité des sapeurs ne comprenait qu’une trentaine d’individus, scindés en trois groupes. On m’avait placé dans le groupe des vétérans afin qu’ils m’apprennent les rudiments du métier, cependant nos activités professionnelles consistaient davantage en la pratique du poker et du black jack. Je me pliai volontiers à leur partie de cartes platoniques, au début du moins, où je pouvais allumer quelques mecs avec mes pieds sous la table. J’étais devenu grandement doué pour bluffer, réfléchir et masturber les bites du pied simultanément, bien entendu sans que tout cela ne paraisse ! Ma première réforme ludique au sein de cette fraternité de matures blasés fut d’imposer le strip-poker. Notre unité fut donc naturellement scindée en deux groupes, les plus âgés d’un côté, hétéros coincés et mariés conservateurs, et de l’autre côté, ma clique de joyeux satyres ! Paul n’était pas particulièrement charmant avec son crâne dégarni, son petit bide rond et son nez d’aigle. Il avait même une drôle de tronche, le mec ! Mais son regard intelligent et passionné me plut aussitôt ! Paul était le meilleur ami de Benoît, le seul trentenaire de l’unité.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens