ÉCHANGE ORGIAQUE 2

histoire Amateur posté le jeudi 30 mai 2013 par Pierre Favric

À l’abri de la pénombre, nous étions totalement imbriqués l’un dans l’autre, son sexe collé à ma jambe, ma queue écrasée sur sa cuisse, et je la sentais parcourue de frissons. Dans la paume de ma main, la pointe de son sein crevait le tissu. - J’aimerais ouvrir tes jambes et passer la langue dans ton sillon. Sucer tes lèvres et ton clito. Caresser l’entrée de ton vagin et sentir ton foutre couler dans ma bouche. Ses fesses se contractaient sous ma main et elle se frottait imperceptiblement contre ma cuisse. - J’aime quand tu te caresses sur moi. Je voudrais te faire mouiller. - C’est déjà fait, me dit-elle d’une voix rauque. - Si nous étions seuls, je ne te laisserais que ton slip jusqu’à ce qu’il soit complètement trempé. - Il est trempé. - Tu imagines ma langue dans ta fente et ton clito entre mes lèvres. - Tu m’excites. Si tu me parles encore je vais jouir. Je la sentais se masturber franchement contre moi et je commençais à perdre les pédales. - Tu me fais bander, jolie petite salope. J’ai envie de passer la main sous ta robe pour branler ta petite chatte. Je veux ton foutre sur mes doigts et sur ma langue avant de m’enfoncer dans ton ventre. Elle était comme parcourue par un courant électrique. Heureusement que l’obscurité nous enveloppait, car elle se frottait sur moi, les fesses contractées sous ma main, ondulant du bassin sans aucune retenue. Je la sentais au bord de l’orgasme, respirant par saccades. Moi-même au bord du plaisir, je repris : - J’aime sentir ta chatte s’écraser sur ma cuisse. Ça m’excite d’imaginer ta petite cramouille ruisselante de foutre, tes jolies lèvres gonflées et ton clito dressé. - Oh oui ! Je suis trempée et je bande. Je vais jouir. Continue, murmura-t-elle, la voix chavirée. - Je veux sentir ton odeur et boire ton jus. Enlève ton slip et donne-le moi ! Je l’ai sentie jouir alors que j’avais bien du mal à ne pas exploser, lorsque je lui ai dis : - Je veux te respirer avant de te sucer. Je vais te montrer ce qu’on appelle se faire bouffer la chatte avant de te baiser. Elle a joui longuement, tremblante, tétanisée, la tête sur mon épaule, les cuisses serrées autour de ma jambe, tandis que je la soutenais, une main plaquée sur ses fesses…