ÉCHANGISME PREMIER

histoire Amateur posté le samedi 23 novembre 2013 par Magali

Notre première expérience échangiste a été une catastrophe. Déjà, il faut convenir d’une date, se mettre d’accord pour un rendez-vous, fixer des détails. Nous étions passé par Minitel comme le font beaucoup de couples mais moi, je ne peux pas dire si tel jour et à telle heure, j’aurais envie de m’envoyer en l’air. Enfin, quand on s’attend à retrouver un beau mâle athlétique et qu’on trouve, à la place, un petit bonhomme rondouillard, à moitié chauve, chaussé de charentaises, il y a de quoi vous couper l’envie de faire des folies. J’exagère un peu mais c’était pratiquement ça. Et je ne vous parle pas de la déception de mon mari quand il a découvert sa future partenaire à qui il ne manquait que les bigoudis sur la tête et son canevas sur les genoux. Tout cela s’est terminé, après nous être poliment excusé, par un fou-rire dans les escaliers de ce couple. Cette décision de vivre une expérience échangiste avait été prise d’un commun accord entre Gilles, mon mari, et moi. Un fantasme que nous voulions réaliser, rien de plus. Moi, j’étais poussée par la curiosité de vivre quelque chose d’insolite et de nouveau, de tenter une aventure sexuelle originale. Malgré la déception de notre rencontre avec la famille «Bidochon», nous avons quand même voulu tenter une autre expérience. Cette fois, en prenant plus de renseignements sur nos futurs partenaires. Nous sommes encore passés par Minitel. Les Hautes-Alpes, où nous vivions à l’époque, n’étaient pas réputées pour être un des hauts lieux de l’échangisme qui voyait fleurir, chaque année, club privés et boîtes échangistes. Le fait d’être professeurs. Gilles et moi, nous obligeait, également, à beaucoup de discrétion. Nous nous sommes donc remis à pianoter et à lire les annonces de couples recherchant d’autres couples. Un soir, l’une d’elles a retenu plus particulièrement notre attention. Agnès et Éric habitaient Briançon, ce qui n’était pas très loin de chez nous. Une description sommaire indiquait qu’Agnès était blonde, les yeux bleus, jolie, âgée de 27 ans, coquine, bisexuelle. Ses mensurations faisaient part d’un alléchant tour de poitrine de 95 C. Sur ce plan-là, mon mari est un peu frustré avec moi, mes seins sont très menus. Pour Eric, c’était plus bref…