ESCAPADE AU RESTO

histoire Amateur posté le lundi 30 septembre 2013 par Vincent

Voilà le début d’une aventure survenue, il y a quelques temps, à l’occasion d’un anniversaire de mariage et qui se situe dans un restaurant style ancien château, dont nous connaissions le jeune gérant. Ce soir là, le restaurant n’avait que quelques clients et nous étions très gais. L’alcool et la situation aidant, la complicité du serveur gérant, la conversation s’est orientée vers les jeux sexuels et c’est tout naturellement que je demandai à mon amie de glisser sa main discrètement sous sa jupe, histoire de vérifier si l’ambiance chaude de nos propos avait un quelconque effet sur la partie la plus intime de son corps. Tout d’abord réticente, je parvins à la persuader du peu de risque qu’il y avait que quelqu’un découvre son geste et je jouai sur la corde sensible en l’encourageant à oser par amour pour moi, pour agrémenter la soirée et vérifier l’éventuel effets de nos discours plutôt coquins… Après avoir vérifié d’un coup d’ il circulaire que personne ne s’intéressait à nous, elle finit par laisser discrètement tomber sa main sur ses cuisses et, encouragée par moi, sa main se mit à redescendre sur ses genoux puis à remonter sous le fin tissu de sa jupe pour s’arrêter un peu plus haut, probablement à la hauteur de son slip. Je lui pose à nouveau la question concernant l’état d’humidité de la partie de son corps situé sous ses doigts et c’est avec les joues roses d’alcool et de gêne qu’elle m’annonce qu’elle sent la pointe dure de son petit clito sous son doigt et que cela l’excite terriblement de se toucher ainsi au beau milieu d’un restaurant sélect… J’étais donc là, confortablement installé aux côtés d’une jeune femme en train de caresser négligemment son clitoris sous la nappe et la situation m’excitait au plus haut point. Bien décidé à jouir de mon avantage, je demandai à mon amie de se rendre aux toilettes, d’ôter son slip et de se caresser sans tricher, lui précisant que pour contrôler son acte, je lui demanderais de m’offrir ses doigts au retour pour déguster le goût parfumé de son intimité. D’abord tiède à cette nouvelle escapade, elle finit par accepter l’idée, grâce à mes arguments coquins et aussi, je dois l’avouer, au petit verre de vin supplémentaire destiné à faire céder ses dernières réticences que je l’encourage à déguster pendant mon discours…