ESCLAVE D’UNE VOIX

histoire Sado Maso posté le mercredi 14 janvier 2015 par JulienDijon

La voix était virile, les mots étaient justes et précis. Il parlait doucement. J’essayais d’imaginer son corps comme il s’était décrit à peine quelques minutes auparavant sur le Minitel : 42 ans, grand et brun, velu, avec un sexe dur et gonflé qui dépassait de son string en cuir. J’étais allongé, nu sur mon lit. Le monde homo me faisait peur à 18 ans et j’étais toujours vierge. Pourtant mes premiers fantasmes de soumission se perdaient dans mon adolescence. Des images d’hommes bien membrés qui me faisaient subir, sans faiblir, perversités et fantaisies érotiques. C’est comme ça, je ne peux jouir qu’en prenant le rôle d’un objet sexuel, docile et obéissant. On me force à m’exhiber dans des positions honteuses, on m’insulte, on m’humilie. Je frotte ma verge sur le drap de lit ou entre mes doigts et, dans ma tête, des images violentes et brutales, souvent les mêmes, défilent. Mes fesses sont cinglées par un gros ceinturon en cuir, ma bite et mes couilles, écrasées dans des mains rugueuses, mon anus défoncé profondément… Quand je me suis connecté à la messagerie, j’avais choisi un pseudo percutant qui précisait que je voulais baiser par téléphone. Très vite, je suis rentré en contact avec lui. C’était le bon. Je n’en doutais pas une minute. Ma main tremblait en tenant l’écouteur. J’avais chaud, je transpirais. Ma gorge était sèche, ma voix hésitait. Mais ma queue, bien dure dans mes doigts, était pleine de désir pour cet inconnu exigeant. Il s’est montré très cru avec moi : - Alors on a le feu au cul ? J’étais seul chez moi mais je parlais à voix basse comme si j’avais eu peur d’être surpris : - Parle plus fort… Je n’aime pas répéter. - Oui… Il avait un accent étranger. Qu’allait-il me demander ? Que faudrait-il que je fasse pour lui ? J’ai dû me décrire physiquement, sans rien omettre de mon anatomie la plus intime… Surtout les couilles, la queue, le trou du cul rose et imberbe. Il voulait que je me touche en même temps. Il me faisait prendre des poses. Je devais me mettre à quatre pattes sur la moquette, ouvrir mes fesses avec mes mains, masser mon anus du bout du doigt…