Histoire x

Histoire x

L’ÉTINCELLE

Étiquettes : Uncategorized No comments

Je dînais un soir avec mes deux meilleures amies dans un bar restaurant branché de la ville, celui où tu travailles. Comme d’habitude notre conversation tournait autour de l’éternel sujet qu’est le sexe. Il faut bien dire qu’en ce moment nous sommes assez torrides, peut-être est-ce dû à l’approche de la fin de l’été qui n’a pas été si chaud que ça et dans tous les sens du terme d’ailleurs… Enfin, toujours est-il que plus la conversation avançait plus je me sentais excitée. Nous nous racontions chacune à tour de rôle nos expériences sexuelles les plus récentes, de la manière la plus détaillée. Bien que nous n’ayons jamais rien fait ensemble, nous aimons bien nous chauffer verbalement et parler de nos fantasmes ainsi que de ceux que nous sommes arrivées à réaliser, les unes influençant les autres. Nous avons toutes les trois un physique plutôt agréable et pas mal de succès auprès des hommes, ce qui facilite la mise en oeuvre de ces fantasmes. En ce qui me concerne, je suis petite mais très bien proportionnée. La plupart des mecs me disent que j’ai de belles jambes et un beau cul. Quand à mon visage, je reconnais attirer systématiquement les regards. D’ailleurs j’adore qu’on me regarde… À la fin du repas, après être allée aux toilettes pour me refaire une beauté, j’ai rejoins mes deux amies au bar pour prendre un verre et c’est à ce moment là que je t’ai vu derrière le comptoir. Tu avais dû me remarquer puisque tu t’es précipité vers moi pour me tendre des allumettes quand tu as remarqué que je n’avais pas de feu pour allumer ma cigarette. Lorsque j’ai posé mes yeux dans les tiens, il s’est passé en moi quelque chose d’inhabituel, un flash, un déclic, une étincelle. Ton sourire était splendide et ton regard pénétrant, troublant même. Pendant cette fraction de seconde, j’ai eu terriblement envie de sentir tes mains sur mon corps, de te sentir contre moi. Tu as proposé de m’offrir un verre mais j’en avais déjà un. Tu m’as demandé de te prévenir quand je l’aurais fini mais tu veillais. Tu venais souvent à ma hauteur pour vérifier que j’aie toujours quelque chose à boire en me gratifiant à chaque fois du plus beau des sourires que je n’hésitais pas à te rendre d’ailleurs.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens