ÉTUDIANTE PERVERSE

histoire Amateur posté le mercredi 27 mai 2015 par Ccilia

Perverse, moi ? Oui, sans doute. J’ai appris, au lycée, que la valeur n’attendait pas le nombre des années Ca m’a pris tôt de chercher à exciter les hommes. C’était amusant, agréable et cela me faisait mouiller dans mes petites culottes. Je leur jouais le grand jeu, sourires en coin, regards appuyés J’ai toujours voulu garder un côté adolescente même si j’avais déjà un corps de femme. Je pensais que cela les excitait encore plus. Aujourd’hui, je suis étudiante. Les garçons de mon âge ne m’attirent pas vraiment. Ou alors, il faut qu’ils soient très beaux, très mignons. Et pas du tout coincés avec les filles. Mais j’aime surtout les hommes qui sont dans la quarantaine. Avec eux, je m’éclate beaucoup plus. Je ne sais pas pourquoi, mais je les préfère un peu gros, avec du ventre. Je trouve que ça fait plus vicieux, un homme qui a des rondeurs. Et puis, ça me plaît de caresser leur ventre. Avant de descendre un peu plus bas Quand je suis avec un homme beaucoup plus âgé que moi, je prends un plaisir incroyable à jouer les jeunes filles naïves et dociles. Une sorte de poupée, un peu timide et réservée, comme si je ne savais pas grand chose sur le sexe. Eux sont ravis de pouvoir tout m’apprendre. Et comme ils me sentent une proie facile et malléable, ils cherchent toujours à profiter à fond de moi. Pour moi, c’est un jeu très jouissif. Surtout quand j’attends des choses comme : -«Attends, je vais bien t’apprendre à sucer une queue. N’ai pas honte de me montrer ton petit trou, ce sont des choses que toutes les femmes acceptent.» Là, je suis aux anges et ma minette réagit en étant toute trempée. En deux mots, j’aime avoir l’impression qu’un homme profite de moi, de ma jeunesse et de mon soi-disant manque d’expériences. Et que j’ai tout à découvrir. En fait, c’est moi qui le trompe. Car des expériences, j’en ai déjà eu des tas. En ce moment, il s’appelle Bernard. Il est marié, ça m’arrange. Je n’aime pas les types trop collants qui voudraient m’avoir tous les soirs dans leur lit. Je tiens à garder ma liberté et mon indépendance. Bernard, c’est… mon toubib ! Et il me fait faire de ces choses…