Histoire x

Histoire x

LES FANTÔMES DU PÈRE-LACHAISE

Étiquettes : Uncategorized No comments

Début novembre 99, un vendredi soir plutôt frisquet en ce mois des morts. Cela faisait cinq heures que la nuit était tombée sur le village. Au loin, trois adolescents marchaient tranquillement. Ils profitaient du temps plutôt frais pour se promener, sans but précis. À quelques mètres devant eux, on avait l’impression que la route n’existait plus, que la brume l’avait dévorée. C’était une vision particulièrement étrange. Les phares trouaient la nuit, l’éclairage blafard des lampadaires ne suffisait pas à donner un quelconque aspect encourageant ou rassurant au lieu. Deux jeunes adolescents montent sur une moto. Vaincus par la curiosité avides daventures morbides, le jeune homme donna pourtant le signal de la charge, d’un coup de poignée qui fit rugir les quatre cylindres de sa Yamaha 900CC. Une violente ruade du monstre d’acier failli désarçonner la jeune fille qui était monté en croupe. La moto à fond de régime rebrousse chemin sur le boulevard. Arrivés devant le grand portail rouillé du cimetière. Michael s’arrêta brusquement et stoppa. Le jeune homme déplia sa béquille, se défit de son casque qu’il posa sur la selle. – Ça va, mon amour ? – Oui ça va ! Tu me pardonnes de t’amener ici pour l’amour mais j’en ai tellement besoin… – Il y a des jours comme ça, c’est plus fort que soi, l’envie est trop pressante. Non ça ne me dérange pas ma belle. Et puis dans le petit sac dont je ne me sépare jamais, j’avais aussi une boîte de préservatifs, achetée à la gare routière avant de partir, preuve que j’avais quand même une toute petite idée derrière la tête, moi aussi. Après tout on a pas à se justifier, c’est important dans la vie, TRÈS important le sexe, c’est pour ça qu’on en parle et qu’on en a envie. Les morts ne le font pas, c’est pour ça qu’ils sont tristes, ils doivent se contenter de la fusion des âmes dans leur monde éthéré ! Les deux jeunes amoureux. Michael et Louise se trouvaient maintenant dans le cimetière. Elle se laissa emmener par son copain qui franchissait déjà l’entrée et marcha vers l’intérieur, imitée de la jeune fille qui le collait comme son ombre. Dans le cimetière, seules quelques croix en métal ou en pierre sortaient au-dessus de cet épais brouillard.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens