FÉTICHISTE DE POILS

histoire Amateur posté le dimanche 3 mai 2015 par Cline Gay

Cela pourra vous sembler peu croyable mais c’est grâce à une petite annonce que j’ai enfin perdu une grande partie de mes complexes. Depuis toujours, je me trouvais trop poilue. C’est un problème que rencontrent souvent les filles très brunes, mais pour moi, cela prenait des proportions catastrophiques. En effet, je suis dotée d’un système pileux surabondant. Au niveau des aisselles, j’ai une véritable forêt de poils, autour des mamelons, je suis obligée de m’épiler, et je possède une toison pubienne si fournie qu’elle dépasse largement sur mes cuisses et qu’elle remonte dans la raie de mes fesses, masquant en partie mon anus. Par chance, je n’ai pas de moustache mais pendant longtemps, j’ai pensé que j’étais anormale, sûrement à cause d’un dérèglement hormonal. Je ne voulais pas me raser entre les jambes ou derrière, ni m’épiler par peur de voir mes poils repousser encore plus abondamment si bien que je n’allais jamais sur une plage, je ne me mettais jamais en maillot devant mes copains et copines et je souffrais terriblement de cette abondante et disgracieuse pilosité. Mais en même temps, j’avais envie d’avoir des relations avec des hommes. Pour le reste, je me trouvais assez jolie et très féminine. J’étais fière de mes seins et de mes formes. De plus, j’étais souvent excitée et bourrée de fantasmes dont certains assez crus. À l’âge de 18, 19 ans, je me masturbais pratiquement tous les jours. J’avais des petits copains mais je n’allais jamais jusqu’au bout, honteuse de devoir retirer ma culotte devant eux. Un jour, je me suis quand même rasée. J’avais trop envie de connaître le plaisir de faire l’amour avec un homme, celui aussi de ne plus être vierge. J’ai rasé les poils entre mes fesses, ceux qui remontaient trop haut sur mon pubis ainsi que ceux qui couvraient le plis de l’aine et le haut de mes cuisses. J’ai essayé de me dessiner un beau sexe en triangle et même si la touffe était encore très fournie, je n’étais pas mécontente du résultat. Cela m’a permis d’avoir mes premiers rapports sexuels et, par la suite, j’ai continué de tricher et de me raser chaque fois que je devais faire l’amour. Mais les poils repoussaient très vite…