LE FIEFFÉ VILLAGE

histoire Jeune posté le samedi 18 janvier 2014 par Nostrad Anus

C’est un été particulièrement chaud et humide. Comme une multitude d’autres Français, j’ai quitté la France pour migrer vers le Québec, à Montréal plus précisément. Ici, c’est un peu la fête perpétuelle, une nightlife plutôt excitante qui me permet de vivre enfin au grand jour mes pulsions homosexuelles. Et oui, je suis gay, TOTALLY GAY, et j’adore me travestir occasionnellement, ce qui en France me posait continuellement problème. J’habite un petit 3 pièces, au rez-de-chaussée d’un immeuble ayant pignon sur la rue de Maisonneuve. On peut dire que je loge dans le VILLAGE. Vous aurez compris qu’il s’agit d’un quartier principalement squatté par les gays de Montréal, occupé par des appartements et condos pour toutes les bourses :), ainsi que par différents commerces agréables, autant bars, restos, bistrots que boutiques et services en tous genres. Le VILLAGE donc est un endroit très vivant dans lequel on croise à longueur de journée une foule de personnages hétéroclites, colorés, extravertis, curieux et gay friendly. En quatre mois à peine, j’ai déjà réussi à me faire quelques bons amis, des potes solides qui ne me lâcheront plus même si je devais retourner dans mon Avignon natale. Et j’aime déjà ces mecs comme le plus précieux des trésors du monde. Par le biais des réseaux sociaux, je me suis dégotté assez facilement mon petit appart. Le soir même de mon emménagement, je suis descendu dans la rue, sur Ste-Catherine, afin de repérer les lieux et accessoirement de scruter la marchandise. On m’avait bien dit que les mecs à Montréal étaient craquants. J’avoue que je suis littéralement tombé sur le cul en voyant la qualité et la diversité des spécimens gays circulant dans la rue. En plus, la rue est interdite à la circulation pendant la période estivale, ce qui rend l’endroit encore plus chaleureux, plus accueillant. C’est comme si je venais de tomber dans la marmite, putain j’étais le plus heureux des dragueurs ! Je vous raconte une petite journée dans mon paradis excentrique. Je quitte mon appart vers 7 heures du mat pour aller bosser. Je suis programmeur dans une boîte de multimédia. Je passe devant un resto petit-dej dans lequel je m’arrête pour me sustenter…