Histoire x

Histoire x

LA FILLE DU CHAPITEAU

Étiquettes : Uncategorized No comments

Quand Robert Rivadale eut franchi la limite du domaine, il décida de continuer de la même façon et de gagner la maisonnette d’un ami en prenant par la rivière. Il marchait depuis quelques minutes quand lui parvinrent les rumeurs d’une fête et des accords de musique. – Un cirque ? Murmure-t-il pour lui-même en apercevant au loin le sommet du chapiteau. Ce serait amusant d’aller y faire un tour. Depuis quand était-il allé au cirque ou à la fête foraine ? Quand il était enfant, son père l’emmenait au célèbre cirque de Moscou, le plus grand du monde. Et ces souvenirs comptaient parmi les plus merveilleux du jeune homme. Robert hâta le pas, attiré par la musique des Rolling Stones et les cris d’allégresse de la foule. Un instant plus tard, il se mêlait aux badauds. À en juger par la taille du chapiteau, c’était un cirque assez important. Il y avait aussi un grand «Toboggan Tournant» dressé parmi les baraques foraines, autour duquel se pressaient des jeunes gens, des couples surtout. Il s’arrêta au pied de la piste et regarda les gens s’amuser en jetant de temps en temps des coups d’oeil alentour et en observant le chapiteau. Ce n’était pas un cirque d’amateurs. Ce toboggan, en particulier, était construit avec beaucoup de soin et fort bien entretenu. Robert se souvint alors d’en avoir entendu parler dans les journaux. Les jeunes gens en train de s’amuser sur la glissade du toboggan s’élançaient en poussant des cris où la peur se mêlait à l’excitation. Robert était grand, beau, des cheveux noirs parcourus de fils blancs, des yeux verts émeraude et un teint bronzé, d’un beau doré cuivré. Il s’apprêtait à continuer sa promenade quand lui parvint une voix inconnue et charmante : – S’il vous plait, monsieur ! Auriez-vous la gentillesse de m’emmener sur le toboggan ? Je suis sortie sans mon porte-monnaie et j´en ai tellement, tellement envie… Robert montra une telle surprise que Selene voulut ajouter quelque chose mais le jeune l’interrompit : – Ce sera volontiers. Allons-y ! Il suffit de faire le tour, de prendre la queue et de monter. Tout en parlant, il l’entraîna auprès de l’homme qui vendait les billets. Alors qu’il payait les places et attendait sa monnaie. Robert Rivadale jeta un coup d’oeil à la jeune femme et la trouva encore plus jolie qu’un instant plus tôt, lorsqu’elle s’était adressé à lui sans cérémonie.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens