FOLLE DE QUEUES 1

histoire Amateur posté le mardi 12 août 2014 par Patricia

Aujourd’hui, je ne me pose plus de question. Quand un homme me plaît et qu’il me donne envie de faire l’amour, j’arrive très facilement à le lui faire comprendre. S’il le faut, je suis capable de prendre les devants et je suis prête à tout pour arriver à mes fins. J’ai été mariée pendant plus de quinze ans et j’ai fait partie de ces épouses totalement frustrées et mal baisées. Le sexe et tous ses plaisirs m’ont cruellement manqué durant toutes ces années. Mon mari, lui, ne voyait et ne vivait que pour sa réussite sociale et la petite société qu’il avait créée avec un associé. Le cul de sa femme était loin d’être sa principale préoccupation Dommage, car j’étais assez chaude sur ce plan. Il avait quand même réussi à me faire deux enfants et c’est pour cette raison que je suis restée aussi longtemps avec lui. Pendant plusieurs années donc, je me suis contentée de petites siestes et plaisirs solitaires où je me faisais jouir à plusieurs reprises que ce soit avec mes doigts où tout ce qui me tombait sous la main et que je pouvais glisser dans mes orifices. Mes séances étaient très ritualisées. Je me mettais nue ou je restais en petite tenue sur mon lit et, pour m’exciter, je lisais quelques chapitres de romans pornographiques que j’achetais sans que mon mari soit au courant. Il s’agissait principalement de la collection des Interdits, édités chez Média 1000. Au bout de quelques pages sulfureuses, ma main descendait instinctivement entre mes cuisses et je commençais à me masturber doucement. Ensuite, tout dépendait de mon humeur et de mon excitation. Je pouvais me contenter de mes doigts et de plusieurs orgasmes clitoridiens successifs ou bien, il me fallait des caresses plus perverses. Je me pénétrais alors avec tout ce que je trouvais à la maison et qui pouvait ressembler à une queue : banane, courgette, concombre, etc. À présent, tout ça est fini. Il m’arrive encore d’utiliser des bananes, des concombres ou des godes mais jamais seule. J’ai vécu dans une telle frustration que je suis devenue complètement insatiable. Peu de temps après mon divorce, j’ai passé une période où je sortais pratiquement tous les soirs à la recherche de partenaires pour passer la nuit avec eux…