Histoire x

Histoire x

LA GONZESSE DU BAGNARD 1

Étiquettes : Uncategorized No comments

Depuis quelques semaines, un nouveau couple s’occupe de l’immeuble où j’habite. Un jeune couple, avec petite fille de 4 ou 5 ans tout au plus. Un couple qui ne ressemble cependant en rien à l’image qu’on peut se faire de concierges… Lui, avec ses tatouages plein les bras fait plutôt ancien bagnard alors qu’elle, on pourrait plus facilement se l’imaginer en danseuse nue recyclée. Bref, dès la première fois que je l’ai vue, j’ai commencé à fantasmer sur elle. Mais, avec un mari comme le sien, je me disais qu’il valait sûrement mieux ne pas me montrer trop entreprenant et laisser tomber. J’oubliai donc tous mes fantasmes, me contentant de lui sourire lorsque je la croisais dans le corridor. Un samedi matin, fidèle à mon habitude, je décidai d’aller faire une machine au lavoir automatique du sous-sol. Dans ma robe de chambre, les bras chargés de mes vêtements sales, j’entrai dans la petite pièce sans me douter de ce qui allait arriver. Elle s’y trouvait déjà et mettais ses trucs dans le sèche-linge. Elle arborait une tenue plutôt négligée : un simple pantalon de sport et un t-shirt ample. Même sans maquillage, elle m’apparaissait toujours aussi séduisante. Quand elle m’aperçu, elle me sourit aussitôt. Un peu gêné, je lui rendis son sourire et me dirigeai directement vers les laveuses au fond de la pièce. Pendant que j’emplissais la première machine, je me retournai vers elle et l’aperçus, penchée sur le sèche-linge dans un angle qui me permettait d’entrevoir ses seins nus par la large échancrure de son t-shirt. De beaux seins, ronds et pleins à faire frémir n’importe quel homme. Nu sous mon peignoir, mon excitation naissante fut instantanément visible. Elle releva la tête et me regarda quelques instants en souriant. Puis, elle baissa lentement les yeux vers ce sexe qui se dressait sous l’étoffe. Puis, elle leva les yeux et me sourit à nouveau, mais cette fois-ci avec pleins de sous-entendus qui me firent rougir. Dès lors, elle abandonna sa tâche, se releva et se dirigea vers moi. Je venais à peine d’actionner la machine qu’elle se retrouvait tout à mes côtés. – Je vous ai vu souvent me regarder de la tête aux pieds.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens