HAREM DE GARÇONS

histoire Voyeur posté le lundi 3 decembre 2012 par Dom

Je m’appelle Nathan, j’ai 30 ans et je suis propriétaire, ou plus exactement, héritier d’une industrie de prospection minière. Physiquement, je suis très grand, assez mince et je suis plutôt musclé. J’adore porter des fringues qui moulent mon corps. Je ne le fais pas pour les hommes qui travaillent dans la zone industrielle de mon entreprise, où je ne me rends pratiquement jamais… Je le fais pour les quelques mecs que j’ai engagés pour des tâches administratives. C’est au c ur de cet oasis de beauté, exclusivement composé de garçons superbes, triés sur le volet, que je passe la plupart de mes journées. Depuis que je suis en âge de draguer, je préfère séduire les mecs. J’ai bien entendu fait l’amour avec plusieurs femmes mais jamais je n’ai pris mon pied de cette façon. Ces baises se sont parfois avéré agréables, avec certaines d’entre elles du moins, mais c’est de l’histoire ancienne. Les femmes sont trop fixés sur les préliminaires alors que pour moi, le sexe se résume à l’insertion de ma queue dans des fions ou à des insertions d’objets dans mon cul. Le corps féminin n’est pas fait pour être baisé par l’homme. C’est beaucoup trop compliqué. Le corps de l’homme est au contraire si attendrissant à pénétrer C’est une merveille pour tous les sens. Les soupirs d’un jeune homme comblé de tout son être pour la première fois ne rivaliseront jamais, à mes yeux, avec les cris vulgaires d’une jeune vierge que l’on déflore… Chaque fois que je suis en présence d’un beau mec, je ne pense plus qu’à son corps, nu, offert à l’expertise de mes mains et de ma langue. Et cela ne se passe pas différemment à l’emploi. J’ai réussi à dévergonder tous mes employés du moment, sans exception aucune ! Cette tâche est certes longue mais le fait est qu’elle en vaut bel et bien le jeu, finalement. Si toutes mes recrues mâles deviennent un jour ou l’autre mes amants, je suis loin de ressembler à certains PDG qui offrent des augmentations non pas aux plus compétents de leur boîte mais bien aux plus sexy et aux plus vicelards de leurs collaborateurs. J’aurais très bien pu choisir le chemin facile et réussir à obtenir les faveurs sexuelles de mes employés en échange d’une contre-partie financière…