UNE INFIDÉLITÉ NÉCESSAIRE

histoire Exhib posté le samedi 17 août 2013 par Le captif

Je suis en couple depuis quelques années, j’ai un petit copain, je l’aime énormément et ce sentiment est réciproque, j’en suis certain. Cependant, je ne trouve pas le moyen de m’amuser, je n’ai jamais un moment de répit où je peux respirer comme bon me semble. Il me surveille comme si j’étais son enfant ou pire, comme si j’étais un chien qu’il doit dresser. Mais comme je l’adore, je l’accepte comme il est, car je ne crois pas qu’il est possible de changer une personne. (Chassez le naturel, il revient au galop.) Je n’ai même pas en ma possession ma carte bleue, il gère également mes finances. Je crois que ma mère n’atteignait même pas ce niveau de surveillance accru. Lorsque nous sommes au restaurant, il compte mes calories dans mes plats. Mais ce qui m’énerve le plus, c’est qu’il agit de la sorte en public, ce qui est humiliant. Je suis un homme costaud, grand et jeune, et je me fais humilier devant des étrangers par mon copain, je peux voir la pitié dans leurs yeux. Donc voici le topo de ma relation : mon petit ami fait dans le genre castrateur ! Chaque année, la compagnie alloue un budget pour la formation de ses employés. Je n’avais jamais profité de ce bénéfice et après plusieurs années de service dans cette boîte, mon patron m’encourageait fortement à aller à la prochaine. Si je n’y étais jamais allé, c’est parce que c’était souvent des formations qui durent une semaine et mon copain déteste lorsque je découche. Mais cette fois-ci, il n’y avait pas d’autres issues possibles, je devais me rendre à cette formation, car c’était la volonté de mon patron, d’autant plus que les informations que j’allais y chercher seraient nécessaires à l’avancement de mes recherches. L’annonce de mon départ pour la semaine n’a pas été facile à accepter, par contre, en lui disant que ma présence était obligatoire, il ne pouvait refuser. Et moi, j’étais vraiment excité à l’idée d’être libre pendant une semaine entière. Je prends l’autobus lundi matin, je suis le seul de ma division qui participe à cette formation. Je dormirai dans la même maison que d’autres employés de la société que je ne connais pas encore…