INSPECTEUR VALMONT

histoire Sado Maso posté le samedi 9 mars 2013 par Coco le Pig

Je venais tout juste d’avoir une promotion, je bosse comme inspecteur au 6, 7, 8ème arrondissements. Je me nomme Valmont, j’ai 33 ans 1m68 80 kilos, très solide, très masculin, une sale gueule quoi. Je travaille toujours seul, ce soir je dois me rendre au petit lutin, une boîte de nuit branchée pour homos. Il paraît qu’il s’y passe des choses douteuses après minuit. Nous avons reçu plusieurs plaintes, des homos se font taper dessus à la sortie de la boîte. Sûrement un autre cas d’homophobie. Je suis hyper voyeur. Juste l’idée de voir des mecs nus se branler ou se sucer me fait durcir. J’adore ma bite, elle est large et longue avec un joli prépuce le tout accompagné de jolies boules bien remplies. Je me prépare à partir, je porte un jean bleu, rien en dessous avec un t-shirt noir très moulant. On peut y lire pig (porc) écrit en rose sur le devant. J’arrive à la boîte vers 23h30, le portier me sourit, me fait entrer. La musique est forte et il y a beaucoup de fumée. C’est incroyable les mecs dans cette boîte… Ils sont tous mignons et baraqués. L’odeur du mâle m’allume, on peut sentir leur transpiration. Quel festin tous ces mecs là, à moitié nus. Dès mon arrivée je me fais mater par un splendide minet. Il doit avoir à peine 20 ans. Adorable ! Il me ragarde sans cesse et me sourit, je lui renvois mon plus beau sourire. Je passe la soirée à me balader, danser même. J’observe les clients je sors et entre de nouveau dans la boîte, je fais le tour du bâtiment plusieurs fois, toujours rien. Je retourne à l’intérieur il est plus de 2 heures du mat. Le minet est toujours là, il se prépare à quitter. Je le suis… Pourquoi pas une petite baise avant d’aller faire dodo. Il sort de la boîte, me regarde droit dans les yeux et se dirige vers l’arrière dans un ruelle très sombre. Il arrête de nouveau, se caresse la bite et me fait signe de le suivre. Je bande à l’idée de le voir à genoux, dévorer mon mandrin. Un peu plus loin dans la ruelle, le minet s’arrête et se retourne…