LE JEU DU MARDI

histoire Jeune posté le dimanche 19 juillet 2009 par Petit Nouveau

Voici un jeu auquel j’ai joué l’autre jour. Nous étions six mecs, tous assis les uns en face des autres. J’étais le premier d’une rangée et j’étais le seul qui n’avait jamais joué à ce jeu. Le premier mec devant moi se déshabille. Je le regarde faire. De la musique envahit la pièce, les hommes autour de moi sont tous plus vieux, c’est pour cette raison que je suis le seul à n’avoir jamais joué. Je crois. C’est ma première fois. Une chanson de reggae s’amorce, mon partenaire se lève et commence à danser. C’est un Black au corps majestueux. Je suis certain qu’il est découpé au couteau sous ses vêtements et si les rumeurs disent vrais, il doit avoir une bite démesurée. Il commence à bouger son bassin depuis l’avant vers l’arrière, comme une invitation à baiser ou à danser. Du moins, je crois, parce que je ne sais pas comment ça se déroule normalement avec des hommes. C’est ma première fois. Tout en bougeant son bassin, il passe sa main sur son torse, sous son chandail, il bouge la tête d’un côté, puis de l’autre. Il a les yeux fermés. J’ai une érection. Je veux voir son membre. Il descend sa main dans son pantalon Il bouge le bassin. J’écoute la chanson. Je ne veux jamais l’oublier. Il se lèche les lèvres. Il doit être bandé ? Je ne pourrai pas résister. Il se retourne et il enlève son pull Il tombe par terre Il se retourne Encore Son torse Hummm Toujours les mêmes mouvements de bassin. Je veux le toucher. C’est interdit ! Je veux me toucher. C’est interdit aussi ! Ses muscles C’est géant Il est juste assez musclé, lorsqu’il bouge, rien ne bouge Il se caresse toujours le torse avec ses grosses paluches. Des vraies mains d’hommes, celles qui vous empoignent le membre et qui vous font gicler partout. (Dans mes désirs.) Il descend sa main dans son froc Mouvements des hanches Combien de temps, on me fera vivre ce supplice. J’ai mal tellement je suis bandé La ceinture tombe aussi Allez, plus vite Tant qu’il ne me donne pas le coup d’envoi, je ne peux rien faire Il détache le bouton de son jean…