JOIES RURALES

histoire Amateur posté le lundi 29 juillet 2013 par Linfirmire

Mon mari venait d’être muté dans une petite ville de province. Nous étions mariés depuis 3 ans (j’avais 25ans à l’époque) et pour le suivre, j’avais quitté mon travail. Il avait été mon premier amour et c’est lui qui m’avait dépucelé. Pour tout dire notre vie sexuelle ne m’avait jamais vraiment satisfaite mais je m’y étais habituée. Je finis par être engagée par le boulanger et j’allais livrer le pain dans le village voisin et dans les fermes environnantes. Au bout de trois semaines, je commençais à bien connaître les clients. Un matin, j’arrivai dans la ferme de monsieur Guibert, un vieux garçon de 45 ans qui vivait avec son père. Je toquai à la porte et j’entrai dans la cuisine. Monsieur Guibert était là et me regardait d’un drôle d’air ; sur la table il y avait un litre de vin bien entamé. - Bonjour monsieur, je vous pose votre pain sur la table comme d’habitude Je n’avais pas fini ma phrase qu’il se jeta sur moi, me coinçant contre la table par derrière. Il saisit mes seins à travers mon pull et se mit à les malaxer. J’essayais de me débattre mais en vain : il était trop costaud pour moi. - Arrêtez, mais qu’est-ce que vous faites ? - T’en as bien une idée, ma biche ! - Non arrêtez, non ! Évidemment, mes cris ne faisaient que l’exciter davantage et il me retourna pour que je me retrouve face à lui. En une seconde, il réussit à m’enlever mon pull. Il dégagea mes seins de mon soutien-gorge et se mit à les tripoter et à les pincer brutalement, puis il se pencha pour les sucer avidement. Une de ses mains passa sous ma jupe et entra dans ma culotte. Il commença à titiller mon clitoris. À ma grande honte je commençai à apprécier, malgré moi, ce qu’il me faisait et à mouiller. Le vieux salaud s’en rendit compte. - Ah ben, on dirait que t’aimes ça, ma cochonne. On va pouvoir passer aux choses sérieuses alors ! D’un geste, il m’enleva ma culotte, remonta ma jupe et m’assit sur la table. Il m’embrassa tout en ouvrant son pantalon. Il en sortit une queue bien bandée que je ne pus m’empêcher d’admirer : elle devait bien mesurer 23 cm et avait un gros gland…