JOIES RURALES SUITE

histoire Amateur posté le vendredi 2 août 2013 par Linfirmire

Le lendemain je m’arrangeai pour terminer ma tournée par la ferme de Guibert et je pris soin d’enlever ma culotte avant de descendre de ma camionnette. La première chose qu’il fit quand j’arrivai fut de passer la main sous ma jupe. - Ça t’a plu la petite séance d’hier, hein, pour que tu te balades les fesses à l’air aujourd’hui ! Tu vas voir, ce sera encore mieux ce coup-ci… Mets-toi à genoux et suce ma bite, je sais que t’en as envie. J’obéis et m’agenouillai devant lui. Je caressai sa queue à travers le pantalon puis j’ouvris la braguette pour la faire jaillir, bien dure et dressée. Je léchai délicatement son gland turgescent pendant un moment avant de prendre l’engin en bouche. Je pompai du mieux possible, faisant entrer la grosse bite jusqu’au fond de ma gorge, tout en massant ses couilles d’une main. J’étais très excitée et je sentais ma chatte qui dégoulinait. J’attendis qu’il me dise d’arrêter mais brusquement, je le sentis se crisper et il éjacula dans ma bouche en poussant un cri rauque ; pour la première fois de ma vie, j’avalais le sperme d’un homme ! - Maintenant suis-moi ! Il m’emmena à l’étage et me fit entrer dans une chambre. Là, assis sur un lit, se tenait son vieux. Il devait bien avoir 70 ans, il était gros et je vis qu’il lui manquait des dents. Pourquoi m’amener ici ? - Papa, voilà la biquette que j’ai baisé hier et en plus c’est une satanée suceuse ! - Mets-la à poil, mon petit, que je me rende compte. - T’as entendu, poulette, déshabille-toi. Je n’avais aucune envie de me mettre nue devant cet homme répugnant et je refusai. Mais le fils baissa ma jupe d’un coup et arracha mon chemisier sans que je puisse résister. Je me sentis rougir de honte et pourtant cela m’excitait d’être traitée brusquement. - Alors t’en dis quoi, P’pa ? - C’est vrai qu’elle est bandante. Le fils me força à m’approcher du lit et à me mettre à genoux devant son père qui était déjà entrain de déboutonner son pantalon. - Tu vas faire plaisir à Papa, ça fait des années qu’il n’a pas touché une femme, alors suce-le…