JULIETTE

histoire Amateur posté le vendredi 30 novembre 2012 par Coquinouche

Juliette était vraiment fière de son coup. Elle avait dompté ce routier, et, par la même occasion, réalisé son fantasme le plus intime. L’auto-stop n’était qu’une excuse, et cette excuse avait plutôt bien marché avec Harvey. D’autant plus qu’elle trouvait ce mec vraiment très plaisant. Elle savait très bien qu’elle referait l’amour avec lui, les gouttes qui perlaient de son sexe et qui coulaient le long de ses jambes en était la preuve. Juliette savait qu’elle devait passer pour une salope. Pourtant elle avait toujours été, jusqu’à aujourd’hui, une jeune fille bien sage. Elle n’était sortie qu’avec un seul homme de toute sa vie. Cela pouvait paraître étrange qu’une jeune fille de 21 ans, belle et sexy comme elle, n’eut jamais fait cocu son mec. Surtout qu’avec lui elle n’avait jamais éprouvé de plaisir. Elle était avec lui par convenance depuis 3 ans. John était un employé de banque qui finirait probablement directeur, ou, à tout le moins, à un poste très élevé. Il était beau, et tout le monde disait à Juliette qu’il était l’homme de sa vie. Alors elle s’était mise à croire à ce conte fée. Elle était loin d’être stupide. Juliette, et elle venait de finir sa troisième année de droit. Harvey descendit en premier du camion et après que Juliette eût ouvert la porte, il la pris par les hanches et la souleva afin de la poser sur le sol comme si elle n’était qu’une gosse. Mais le doigt qu’il lui glissa discrètement dans la chatte n’avait rien à voir à ce que l’on fait à une enfant ! Cela permit à Juliette de sortir de ses pensées pour admirer son Harvey, profiter de son doigt, et lui rouler une pelle. Il était vraiment rustre, grossier (mais pourtant pas totalement stupide) mais elle adorait ça. Elle adorait être traitée comme un objet sexuel et être désirée, elle retira la main de Harvey de sous sa jupe en jouant la timorée. Puis elle lui chuchota de se contrôler. Harvey rigola. Juliette aussi. Pourtant, elle dégoulinait totalement de mouille, son sexe était en feu, elle n’avait jamais eut aussi envie de faire l’amour…