KAMEL, MON AMOUR

histoire Jeune posté le samedi 4 janvier 2014 par Le douanier

Cette histoire remonte à plusieurs années. À douze ans, exactement. Je n’étais pas encore marié et je terminais mes études de médecine. Aujourd’hui et autour de moi, personne ne sait que j’ai été follement amoureux d’un homme. Et que je le suis toujours. Je fais semblant d’être un hétérosexuel mais au fond de moi, je suis bien un homo. Un homo qui a un mal fou à s’assumer et à vivre ses désirs. Un homo qui se sent honteux et coupable et qui n’osera jamais avouer à ses proches son attirance pour les êtres du même sexe que le sien. Je me suis marié pour échapper à mes désirs et pour rassurer mes parents. Je me suis marié pour supprimer le doute autour de moi mais aussi, pour tenter de supprimer celui qui hantait mes jours et mes nuits. Allez donc dire à un père, militaire de carrière, que son fils est homosexuel ! Je n’aime pas ma femme, elle le sait. Je ne la désire pas non plus mais je crois que cela ne la dérange pas. Je lui assure un train de vie confortable, c’est ce qui lui suffit. Pour le reste, elle a ses amants. Nombreux, paraît-il, d’après les dires de l’une de mes patientes. J’exerce dans une petite ville de province (au c ur du Jura), où tous les gens s’épient et où les ragots vont bon train. Pour moi, ce serait trop risqué d’avoir des aventures avec des hommes d’autant plus que je travaille énormément. Alors, on pense que je suis un homme fidèle, sérieux et sans histoire, un bon médecin mais marié à une femme volage. Je comprends Nathalie. Je suis incapable de la satisfaire. J’ai pourtant essayé. Finalement, la situation que nous vivons ensemble semble lui plaire. Je ne la baise pas, elle a ses amants, et je continue de l’entretenir et de subvenir à tous ses besoins. Vis-à-vis de nos deux familles, c’est comme si tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. C’est loin d’être vrai en ce qui me concerne. Je n’ai plus de sexualité mis à part le fait de me masturber régulièrement tout en rêvant que je fais l’amour avec des hommes. Avec un homme, surtout : Kamel. C’est le seul que j’ai connu, le seul que j’ai vraiment aimé et le seul avec qui j’ai couché…