KARL, LE SUPERBE CORSE

histoire Jeune posté le samedi 30 novembre 2013 par Le douanier

Cette histoire remonte à quelques années. La boite d’informatique pour laquelle je travaillais et qui était basée sur Lyon, m’avait envoyé en mission, en Corse pour rencontrer d’éventuels clients désireux d’informatiser tous les systèmes d’exploitation de leur entreprise. Une chance pour moi, ce déplacement se passait début Juillet. Je ne connaissais pas encore la Corse et j’ai pu découvrir des villes magnifiques comme Ajaccio. Bonifacio. Porto-Vecchio et de superbes plages de sables fins. Je venais juste d’avoir 28 ans et je comptais également mettre à profit ce séjour sur l’île de Beauté pour faire des rencontres agréables. Mais, ne connaissant pas les coins de drague (au fait, existe-t-il des bars ou des boîtes homo en Corse, depuis ?), il ne s’est rien passé pour moi jusqu’à ce j’arrive à Solenzara qui, comme tout le monde le sait, est une ville militaire où se trouve basé un régiment de la légion étrangère. C’est à Solenzara que j’ai fait la connaissance de Karl, un puissant germanique, caporal dans la légion. Un mâle superbe, une vraie bête avec un corps musclé et les bras entièrement tatoués. Karl avait 32 ans. Il parlait le français avec un accent très prononcé. Ses cheveux avaient la coupe réglementaire et je n’avais encore jamais connu un homme avec un corps qui dégage autant de virilité et de force. Il devait mesurer plus d’un mètre quatre-vingt-cinq, ses épaules étaient larges, ses muscles saillants et sa peau bien bronzée. Et côté visage, il était plutôt beau mec avec de grands yeux bleus. Je me suis retrouvé par hasard à côté de lui, sur une plage au sud de Solenzara. Son maillot de bain noir laissait deviner de belles fesses pleines et fermes et un sacré paquet avec une grosse paire de couilles et une queue très épaisse. Je me suis mis à fantasmer comme un fou sur ce corps d’athlète avant même que Karl ne m’adresse la parole. Au début, ce fut par une question banale : - Tu peux me dire l’heure ? Il s’était mis à me tutoyer d’emblée. J’étais venu me baigner après l’entretien avec mon client, la plage se désertait peu à peu et je me suis mis à discuter avec Karl, m’efforçant de contrôler les érections soudaines qui venait tendre malgré moi, le tissu de mon slip de bain…