LEÇON PARTICULIÈRE

histoire Amateur posté le samedi 2 novembre 2013 par Le Marquis

Choisissez de préférence une soupente ou un appartement aménagé dans un ancien grenier et doté de vasistas judicieusement disposés dans les pentes du toit. Placez un lit ou un simple coussin juste sous le vasistas. Amenez maintenant une jeune fille aux yeux bandés, dénudez-la mais laissez-lui, à votre convenance, une pièce de lingerie, un joli string de dentelle noire, par exemple. Ordonnez-lui de s’agenouiller sur le lit, les bras levés, les mains jointes au-dessus de sa tête, comme pour une prière. Attachez-lui maintenant les poignets et liez-les à la barre. Oui, à cette barre sur laquelle il faut tirer pour ouvrir le vasistas. Dans le cas où des liens n’ont pas été prévus, vous les remplacerez avantageusement par des foulards, des cravates ou toute autre pièce d’étoffe souple. Proscrire les ceintures et autres accessoires qui pourraient blesser. La position doit laisser la liberté de bouger un peu les jambes et de se tourner si les mains n’ont pas été directement liées à la barre. La position ne doit pas être inconfortable, mais si elle doit être conservée un long moment, elle peut se révéler épuisante à la longue. La jeune fille doit alors pouvoir soulager son corps en se retenant par les mains à la barre mais sans peser de tout son poids, sous peine d’ouvrir la fenêtre. Une punition doit être prévue en été pour l’ouverture inopinée du vasistas. En hiver, lorsque le thermomètre descend sous les 0°, la morsure du froid sur le corps nu pourra être jugé comme punition suffisante. En soi, le fait d’attacher la demoiselle n’est rien, lui bander les yeux non plus car au fond, elle se doute bien de ce qui va arriver. La seule incertitude qu’elle peut encore avoir se situe sur l’ordre des interventions et au niveau du «quand». Tout l’intérêt est donc de la faire attendre. Pour cela, abandonnez-la, sortez de la chambre, faites du bruit dans la pièce à côté pour qu’elle se demande si vous êtes en train de fouiller dans le sac photo, dans le sac vidéo ou si vous êtes à la recherche d’un quelconque accessoire. Laissez-lui croire que vous allez la photographier, la filmer, lui infliger des choses qu’elle vous a toujours refusées mais qu’aujourd’hui en se livrant à vous, elle prend le risque de subir. Faites du bruit, soignez la mise en scène, même si vous avez, depuis longtemps, mis la main sur ce que vous cherchiez…