LETTRE D’AMOUR

histoire Amateur posté le lundi 30 decembre 2013 par Sylvie

Mon cher mari, J’étais impatiente que tu repartes à Paris pour ton boulot afin de te remercier de l’excellente soirée que nous avons passée, avec tes amis, samedi soir. Pendant les vacances, déjà, rappelle-toi, on s’amusait bien lorsque tu me faisais répéter mon strip-tease. Souviens-toi seulement du temps passé à dénicher la musique «ad-hoc» pour cela. Musique envoûtante, charmeuse. Puis des vêtements à adopter, des poses à prendre, enfin tout, tout, tout… Tu avais opté pour la guêpière, moi pour l’ensemble soutien-gorge slip. Bref, cette fois-ci, j’avais gagné. Et, si j’en crois mon expérience en ce qui concerne ta personne, tu n’étais pas farouchement contre, hein ? J’en reviens à samedi. Dis-donc, tu étais drôlement excité, le midi. Je sais, c’est ma faute, faire les courses complètement nue sous ma robe n’était pas fait pour t’endormir. En ce qui me concerne, ce n’est pas pour me calmer non plus. Et, quand on a rencontré Paul et Robert, quand tu les as invités à venir dîner à la maison, j’ai bien vu que tu voulais que je sois à la hauteur. Je me suis dit : «Tiens, ma vieille, tu vas avoir droit de mettre des trucs sexy et, si possible, à en montrer une partie (veste entrouverte sur un caraco transparent, bas-résille, petite culotte en absence)». Mais non, tu m’as obligée à mettre de tout, partout et de m’habiller de ma minijupe tout à fait convenable, d’un chemisier opaque et d’une veste normale. Tout au plus, as-tu été coquin pour mes sous-vêtements : soutien-gorge, slip, porte-jarretelles et bas couture. Plus les haut-talons. Je ne m’attendais pas du tout à ce qui allait suivre. D’abord, l’apéritif. Une petite heure (quand même !) à mettre l’ambiance dans la maison. Déjà, en sortant du salon, chacun était un peu grisé ; une bouteille de whisky à trois, c’est bien, en plus de tout le Martini que tu m’as fait boire. Puis le dîner. Félicitations ! Pour une fois que tu fais la cuisine, c’était extra ! Ton b uf mode était un exemple dans le genre. Ton gâteau glacé également. Heureusement que la semaine qui vient m’appartient, je vais faire en sorte de reperdre les kilos que j’ai gagné samedi soir, sinon je ne pourrai jamais remettre le maillot de bain que tu m’as offert pour les vacances…