LETTRE D’UN OBSÉDÉ…

histoire Jeune posté le dimanche 14 avril 2013 par Bruno P.

Ma seule préoccupation dans la vie, c’est le cul ! Pour moi, tout le reste est sans importance. Je bosse parce qu’il faut bien bosser, je fais un peu de muscu pour entretenir mon corps mais en dehors de mon boulot, je vis au rythme de ma queue et de ses nombreuses érections. J’ai trente-six ans. J’ai été bi bien que cela n’ait pas duré longtemps. J’ai rapidement laissé tomber les gonzesses parce que je les trouvais trop compliquées avant de se mettre au pieu. Et un peu trop coincées dès que je leur déballais mon engin. Aujourd’hui, j’ai tiré un trait définitif sur les nanas. Les mecs, c’est quand même nettement mieux. C’est rare qu’ils cherchent à s’accrocher. Et, disons-le, c’est moins pénible, c’est moins chiant. On baise sans prise de tête, on se défonce bien le cul, on s’éclate hard et puis salut ! Je suis pour le changement. La vie de couple, ce n’est pas du tout mon truc. Du moins, pour l’instant. Dans quelques années, peut-être, si je tombe sur un type qui me plaît et avec qui je m’entends bien. Pour le moment, j’ai envie de profiter un max et de faire des tas de rencontres. En fait, je suis obsédé par les culs. Il me les faut tous. Très souvent, je m’installe à la terrasse d’un café rien que pour mater et fantasmer. Et conclure, bien sûr, si l’occasion se présente. Quand je vois un beau mec, je le détaille d’abord de face puis, dès qu’il est passé devant moi, j’examine son cul. Et là, je me mets tout de suite à imaginer ses fesses et tout ce que je pourrais faire avec. En fait, je suis branché cul du soir au matin. Chez moi, je vis à poil. Ça m’excite et c’est mon petit côté exhib. Les rideaux sont toujours grands ouverts et j’espère qu’il y a des mecs qui se rincent l’ il dans les tours qui font face à mon immeuble. Je suis un grand consommateur de films porno mais je les utilise uniquement pour me faire triquer. Je me branle rarement devant des mecs qui s’enculent, c’est juste pour entretenir mon état. J’aime être excité et avoir la queue raide, j’aime être en état de manque. Je bande, donc je suis Et, dès que j’ai un moment de libre, je pars à la chasse…