MARINE

histoire Amateur posté le lundi 7 janvier 2013 par Jules Deurban

Marine, c’est ma petite amie. Une jolie petite amie, très jolie même. Elle est sensuelle, amoureuse, un peu narcissique, mais elle a bougrement raison d’aimer son corps. Elle l’aime comme on aime ce qui est agréable à regarder, mais elle l’aime également en amoureuse. Si elle se donne souvent du plaisir, si elle fait vibrer son corps sous ses caresses, c’est tout simplement parce qu’elle possède un tempérament, une sensualité, une sexualité hors du commun. À la seule pensée que je suis l’heureux bénéficiaire de cette petite merveille, je bande aussitôt. Je suis un homme comblé. Bien sûr nous nous sommes fait réciproquement des confidences sur nos années adolescentes en nous racontant nos premiers émois, nos premiers plaisirs solitaires, nos jouissances secrètes et cachées. Son parcours en ce domaine est intéressant et mérite d’être raconté. Jeune, elle était déjà bien faite, comme j’ai pu le constater sur les photos qu’elle m’a montrées. En maillot ou en bikini au bord de la mer elle était sexy, avec un corps parfaitement fait malgré sa jeunesse. J’étais excité rien qu’en voyant ses longues jambes aux cuisses charnues, sans excès. Quant à sa taille, sa minceur faisait ressortir davantage sa poitrine qui, pour juvénile qu’elle était, avait la splendeur de la plénitude et un maintien qui aurait justifié l’absence de soutien-gorge. Elle avait découvert le plaisir solitaire très tôt mais, excès de pudeur sans doute, elle se caressait à travers sa petite culotte, jamais directement sur sa chair en fusion. C’est arrivé sans qu’elle ait recherché quoi que ce soit, mais se réveillant un matin avec les mains coincées entre ses cuisses repliées, elle se rendit compte que ce contact était agréable, elle remua l’une de ses mains, puis le bout des doigts à l’endroit où se situe l’une des différences entre garçons et filles. Cela lui plut. Elle continua et, soudain, sentit un frisson lui parcourir le corps, elle fut comme secouée par un plaisir intense et connut ainsi son premier orgasme. Par la suite elle s’adonna souvent à cette chose dont elle ignorait le nom : masturbation. C’est précisément à cette époque-là qu’elle eut une révélation qui lui apporta un plus dans cette recherche du plaisir…