LE MAS DU PARAPLÉGIQUE 2

histoire Amateur posté le jeudi 6 juin 2013 par Specmateur

Evelyne se souleva un peu et sa main empoignât le membre de Léo pour le guider entre ses cuisses. Je vis le gland turgescent s’engager entre les deux grosses lèvres et les écarter lentement mais sans difficulté. Evelyne se laissa descendre un peu et le membre commença à la pénétrer, en même temps qu’elle fermait les yeux et gémissait légèrement. Elle semblait apprécier. Elle se laissa descendre encore et le membre s’enfonça aux trois quarts en elle. Je ne pus m’empêcher de penser qu’Evelyne devait être très excitée et humide, ce qui était compréhensible vu le temps depuis lequel elle suçait et branlait le membre de Léo. Cela ne pouvait l’avoir laissée indifférente ! Mais je ne pus également m’empêcher de penser que, de toute évidence. Evelyne était bien ACCUEILLANTE !! Déjà, les quelques rares fois où nous avions fait l’amour, c’était quelque chose qui m’avait troublé. Sans que sa vulve paraisse défoncée ou béante, j’avais ressenti en la pénétrant une telle facilité. J’avais alors mis cette OUVERTURE sur le compte de son excitation, mais après coup je n’avais pu m’empêcher de penser que si elle était ainsi ouverte, c’était peut-être aussi PARCE QUELLE AVAIT DÉJÀ GOÛTÉ À DE GROSSES BITES !!! Et même la pensée m’effleura que peut-être ELLE SE MASTURBAIT AVEC DE GROS GODES !!! Mais je l’aimais trop pour imaginer ceci et je voulus chasser ces pensées de mon esprit. Ce fut peine perdu ; plus j’essayais de chasser ces pensées, plus elles revenaient en force, surtout lorsque je la baisais, et alors c’était le fiasco à tous les coups ! Le plaisir montait malgré moi très vite, et je jouissais sans pouvoir me retenir… De ce côté là, Léo n’avait rien à craindre ! Ayant perdu une grande partie de sa sensibilité au niveau du sexe, j’avais pu voir quels efforts Evelyne avaient dû déployer pour l’amener à l’érection, mais cela n’avait pas que des inconvénients (sinon, malgré le plaisir évident qu’elle avait à pratiquer la fellation, elle n’aurait pris cette peine). Cela faisait déjà maintenant une bonne dizaine de minutes qu’Evelyne montait et descendait, à un rythme qui ne faisait que s’accélérer sur le sexe dressé de Léo. J’étais de plus en plus fasciné par ce spectacle…