Histoire x

Histoire x

MATEURS AUX VESTIAIRES

Étiquettes : Uncategorized No comments

Martin et Luc attendaient patiemment, dissimulés dans les douches du vestiaire, que les derniers joueurs de foot aient quitté les lieux. Chaque samedi après la partie, ces deux grands gaillards splendidement musclés s’adonnaient à toutes sortes de célébrations de la chair, réinventant constamment les sources d’où ils savaient si bien tirer leur plaisir. Tantôt ils se douchaient et s’enlaçaient tendrement, tantôt ils se baisaient fougueusement voire violemment. À l’occasion. Luc aimait bien dominer son partenaire un peu plus fermement. Martin ne rechignait jamais à se faire enculer avec brutalité et à avaler tout le foutre qu’on lui donnait. C’était un vrai accro du cul, de la bite et des couilles. Il aimait particulièrement que Luc s’assoit sur son visage ; il lui léchait alors le bâton et les boules, et il lui passait la langue dans la raie des fesses tout en se branlant. Lorsqu’ils furent enfin seuls, ils se ruèrent l’un sur l’autre comme des vampires assoiffés de sang. Mais ces deux insouciants n’avaient aucunement conscience du fait que l’un des joueurs, plus suspicieux que les autres, était resté pour voir ce qui se passait entre ces deux colosses pourtant si virils. Il fut bien surpris mais néanmoins excité lorsqu’il constata que ses deux compères s’envoyaient en l’air après chaque partie. Il fit descendre son froc jusqu’aux chevilles et empoigna son membre fermement tout en regardant scrupuleusement la suite de leur chaude étreinte… Luc avait installé son compagnon sur un banc, les fesses sur la bordure, les jambes remontées sur son torse. Luc s’était ensuite accroupi, avait passé sa langue sur sa petite pastille et l’avait léchée avec une ardeur tout à fait adorable. Il écartait ses fesses, donnait quelques coups de langue qui faisaient gémir Luc chaque fois et lui tapotait ensuite gentiment le popotin. Ce manège excitant dura plusieurs minutes mais le voyeur se garda bien de trop s’astiquer le manche, désireux de faire durer son plaisir. Il voyait maintenant Luc, la queue à la main, caresser l’anus de Martin avec son gland luisant de salive. Il respirait très fort, il haletait en tentant de maîtriser son envie irrésistible de lui défoncer le rectum. Mais il se contint finalement, prit les tétons de Luc entre ses gros doigts et les fit rouler jusqu’à ce qu’ils deviennent écarlates.

plan cul

Add your comment


Informations

Ce site est reservé à un public adulte et averti. Si vous avez moins de 18 ans, veuillez quitter ce site.


Plus de liens