NOUS DEUX

histoire Jeune posté le samedi 14 decembre 2013 par Joseph Hash

Depuis que j’ai rencontré Léo, ma vie a été complètement bouleversée. A quarante-neuf ans, connaître encore une vraie histoire d’amour, une passion, c’était inespéré ! Surtout que beau comme il est, Léo peut s’offrir tous les hommes dont il a envie. Lui, il a seulement vingt-sept ans. Et c’est avec moi qu’il se couche chaque soir. Cinq ans après, cela me paraît toujours aussi incroyable. Il est toujours avec moi, très amoureux lui aussi. Il se montre aussi jaloux qu’au début de nos relations. Il me fait une crise si je parle d’un ancien amant, et lorsque je pars en déplacement pour mon travail, il est terrorisé à l’idée que je puisse faire des rencontres. Pourtant sans être moche, je n’ai jamais eu la gueule d’un jeune premier. Je suis assez musclé, je fais beaucoup de sport pour m’entretenir. Je suis brun, pas très grand, les tempes grisonnantes. Comme la plupart des hommes de mon âge, j’ai un peu de ventre. Côté sexe, mes mensurations sont plus que respectables. Mais j’imagine que ce n’est pas parce que j’ai une queue de 19 centimètres sur 6 de large que Léo m’aime. Bien sûr, le plaisir physique que nous pouvons prendre ensemble est très important dans notre relation. Mais ce n’est pas l’essentiel. Nous avons des rapports très amoureux, tendres, passionnés. Parfois, Léo aime se sentir totalement dominé. Il n’a jamais été question de violence entre nous, ni de brutalité. C’est surtout au niveau cérébral que cela se passe. Il me laisse toutes les initiatives, il se comporte avec moi comme un jouet docile et me demande de me préoccuper uniquement de mon plaisir. Nous cherchons à varier sans cesse nos jeux amoureux, à jouir autrement que par la sodomie même si nous aimons beaucoup la pratiquer, lui et moi. Les préliminaires ont beaucoup d’importance. Il m’arrive de me réveiller en pleine nuit et d’avoir très envie de lui, rien que de sentir son corps chaud contre le mien. En fait, je le désire tout le temps. Entre Léo et moi, cela a commencé par un coup de foudre. Un véritable flash comme on peut en lire dans les romans. Moi, j’étais ému comme un collégien, terriblement troublé par la beauté que dégageait cet ange blond aux cheveux bouclés…