NOUVELLE SALOPE SUR LE WEB

histoire Exhib posté le vendredi 18 juillet 2014 par Caroline

J’ai découvert un nouveau jeu très excitant : montrer mes fesses, dévoiler ma petite chatte brune et mon joli cul sur Internet. Un jeu qui excite également mon mari. Tout a commencé avec l’achat d’un appareil numérique, il y a quelques mois. Au début, ce n’était pas du tout pour faire du cul. Du moins, pour ma part car je soupçonne mon mari d’y avoir songé, lui, avant même de nous rendre dans une grande surface pour profiter des promotions de Noël. Bref, dès que nous avons eu ce nouvel instrument chez nous. Pierre, mon mari, n’a pas tardé à me manifester son envie de faire quelques clichés érotiques de moi. Bien que très ouverte et très libertine d’esprit, je suis assez timide et pudique. J’ai quand même accepté tellement Pierre insistait. Finalement, ce n’était pas désagréable. C’était même assez excitant. J’avais passé de jolis dessous sexy en dentelle noire et j’ai laissé mon mari me mitrailler dans diverses postures alors que j’étais étendue sur le canapé du salon. Et j’ai fini la petite séance de poses, toute mouillée entre mes cuisses avec une terrible envie de faire l’amour. Moi, exhibitionniste à ce point ? Je ne l’aurais jamais cru. Et comme Pierre était très excité, lui aussi, nous avons fait l’amour d’une manière torride. J’avais honte de mon état. Un moment plus tard, je pouvais contempler mes photos sur l’ordinateur de la maison. Certaines étaient un peu ratées mais d’autres, très réussies. Et c’est là que Pierre m’a parlé de son envie d’en envoyer quelques-unes sur Internet pour les rubriques «contributions» de certains sites. Après avoir hésité, j’ai accepté pour celles où on ne voyait pas mon visage et où j’apparaissais juste de dos, exhibant mes fesses séparées par la ficelle du string. Quand je me suis découverte, quelques jours plus tard, dans différentes galeries, ce que j’ai éprouvé fut très fort, très intense. Et cela m’a encore donné envie de faire l’amour. Surtout après avoir pensé que des tas de gens avaient sûrement dû mater mes fesses. Pas de doute, j’étais vraiment une femme exhibitionniste Nous avons fait d’autres photos avec l’appareil numérique. Des photos un peu moins soft et dans des positions encore plus cochonnes et plus obscènes que lors de la première série…