NUIT CHAUDE AU CLUB ÉCHANGISTES...

histoire Amateur posté le lundi 24 février 2014 par Martin B.

Il y en a une qui s’appelle Karine et l’autre, c’est Rachel. Deux filles superbes sans le moindre complexe ! En ce moment, elles travaillent dans une boîte où elles font chaque soir un numéro de strip-tease en double. Karine a également fait quelques petits films pornos amateurs. Quant à Rachel, avant de se mettre en duo avec Karine, elle a été animatrice sur le Minitel rose et a bossé dans un peep-show de Nice. Autant dire que tout ce qui touche au sexe, elles connaissent. Et elles apprécient comme vous pourrez en juger dans la suite de mon récit J’ai eu la chance de les rencontrer à La Plage, club privé situé à Valence. L’ambiance était torride et survoltée. Il y avait beaucoup de monde et plusieurs dizaines de couples qui n’avait qu’une envie : faire la fête et prendre leur pied. Cela fait un peu plus de trois ans que je fréquente les clubs libertins et les saunas. J’ai commencé à me rendre dans ce type d’établissement alors que j’étais encore marié. Ma femme n’était pas du tout au courant. Je profitais de mes déplacements professionnels dans toute la France pour aller m’éclater dans ces fameuses boîtes à partouzes. La première fois, c’était dans un petit village près de Besançon. À Saint-Vît, plus exactement ! Et je vous jure que ce n’est pas une plaisanterie. Il y a bien un club échangiste à Saint-Vît, le Lady’s. Ils s’agissait donc d’une soirée Gang Bang et quelques hommes seuls étaient acceptés. J’ai eu la chance de pouvoir entrer et j’ai découvert un milieu qui m’a tout suite beaucoup plu. J’ai surtout apprécié la liberté qui y régnait, la facilité dans les échanges et les rapports. Rien à voir avec ce que je pouvais vivre avec ma femme qui, pourtant très jolie, était trop coincée sur le plan du sexe et n’aurait jamais voulu participer à ce style de réunion libertine. Aussi, pour cette soirée Gang Bang, j’ai pu profiter pleinement de plusieurs nymphomanes en chaleur qui se donnaient à qui voulait d’elles dans les petits salons feutrés. J’ai commencé avec une blonde très pulpeuse, la quarantaine, dotée de seins énormes. Nous étions cinq autour d’elle. Au début, j’avais un peu de mal à me laisser aller…